vendredi 26 décembre 2014

Le chardonneret de Donna Tartt

PLON  janvier 2014
traduit de l'anglais (Etats-Unis) par Edith Soonckindt 
Theo Decker a treize ans. Il vit les derniers instants de sa vie d’enfant. Survivant miraculeux d’une explosion gigantesque en plein New York, il se retrouve seul dans la ville, orphelin, et se réfugie chez les parents d’un ami pour échapper aux services sociaux. Mais cette situation ne pourra être que temporaire. Désormais Theo va comprendre très jeune, qu’il ne peut compter que sur lui-même. Tout ce qui lui reste de cette journée où il a perdu sa mère, c’est un tableau, une toile de maître minuscule, envoûtante, infiniment précieuse et qu’il n’a pas le droit de posséder. Mais il ne peut plus s’en détacher. Et elle va l’entraîner dans les mondes souterrains et mystérieux de l’art. La maîtrise du suspens et le foisonnement de l’intrigue sont les deux signatures de Donna Tartt. Son écriture coule, précise et magnifique, collée aux pas de son héros, d’un rebondissement à un autre, sans jamais lâcher le lecteur. Ce nouveau grand roman est une nouvelle prouesse, dans une Amérique hantée par ses démons, esclave de ses obsessions et consumée par ses ambitions. Roman d’initiation à la Dickens, portrait féroce et actuel d’un pays, rythmé comme un thriller et profondément intime, Le Chardonneret condense en dix ans d’écriture et plus de 600 pages, tous les talents et toute l’aura de Donna Tartt.


Mon petit mot:

J'ai cru à un moment (à mi-parcours!) que je n'en verrai jamais le bout, comme si des pages se rajoutaient encore dès que je refermais le livre, mais malgré l'épaisseur du livre, l'attention ne s'est pas beaucoup relâchée du début à la fin, c'est bon signe!
C'est d'ailleurs à cause de cette même épaisseur que ce livre occupait une (grande) place dans ma PAL depuis quasiment sa sortie, je savais qu'il fallait lui réserver une période assez longue!

Ce roman m'avait attirée pour le monde de l'art, ce tableau volé, ce monde des marchands, des restaurations, des collectionneurs ... il en est bien sûr largement question, mais ce livre va bien au delà de ça!

Comment survivre à un drame? Comment après avoir tutoyé la mort de si près et perdu sa mère, Théo va-t-il pouvoir continuer à vivre?
La culpabilité. Les souvenirs. La chute vertigineuse. La drogue, l'alcool. Les rencontres. Le bien. Le mal.  Amitiés, amours, assassins. Vaut-elle la peine d'être vécue cette vie?

De New York à  Las Vegas jusqu'à Amsterdam... on suit l'évolution du héros... et un tableau , le fameux Chardonneret de Fabritius, attaché à son perchoir...

Je découvrais Donna Tartt avec ce livre, je pense que je me pencherai dans quelques temps sur Le Maître des illusions.

Bref, une belle dernière participation au challenge plan Orsec pour PAL en danger
je suis assez contente cette année, j'ai réussi à alterner lectures de sorties récentes et à puiser dans les différents étages de ma PAL, même si elle a continué à prendre de l'ampleur, le ratio entrées-sorties est correct! 



5 commentaires:

  1. C'est certain que je vais le lire... avec Tartt, je m,attends au meilleur et au pire... J'avais adoré le maître des illusions mais je n'ai jamais réussi à finir Le petit copain...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai entendu bcp de bien du Maître des illusions,n il faudrait que je m'y plonge!

      Supprimer
  2. Cette histoire est passionnante, et son héros très attachant (même si j'ai moins aimé la dernière partie à Amsterdam). J'ai aussi Le Maître des illusions dans ma PAL, j'espère y prendre autant de plaisir.

    RépondreSupprimer
  3. J'avais lu ton article sans avoir pris le temps de le commenter. Bref, je suis contente que tu aies aimé finalement. :-)

    RépondreSupprimer

Comments system