vendredi 12 décembre 2014

Immortelle randonnée, Compostelle malgré moi - Jean-Christophe Rufin

«Chaque fois que l’on m’a posé la question “Pourquoi êtes-vous allé à Santiago?”, j’ai été bien en peine de répondre. Car le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s’y engager. On est parti, voilà tout.»

Jean-Christophe Rufin a suivi le «Chemin du Nord» jusqu’à Saint-Jacques : huit cents kilomètres le long des côtes basque et cantabrique, à travers les montagnes sauvages des Asturies et de Galice. Il s’est peu à peu transformé en clochard céleste, en routard de Compostelle. Il nous raconte, avec une délicieuse autodérision, ce parcours humain et spirituel.


Mon petit mot

Au fil des kilomètres, nous découvrons avec l'auteur tant les "coulisses" du célèbre pèlerinage vers Saint-Jacques de Compostelle, de ses préparatifs (choix de l'équipement, de l'itinéraire, composition du sac à dos), aux aléas du trajet et de l'hébergement, aux rencontres effectuées au hasard du chemin (et l'on croise des personnages bien différents sur le chemin!) et des auberges , que l'évolution de son état d'esprit, entre philosophie et religion.

Jusqu'alors, quand je pensais au "Camino", les premières images me venant à l'esprit rassemblaient chemin bucolique, sentier en bord de mer, chapelles isolées et églises prestigieuses... c'est oublier qu'il y aussi des grandes villes à traverser, avec leurs banlieues et leurs zones industrielles, leurs autoroutes et autres voies rapides bien peu hospitalières pour le piéton, car si le tracé du chemin est identique depuis des siècles, le décor qu'il traverse a bien changé par endroit et n'est pas fait pour faciliter les choses au pèlerin!

C'est aussi l'occasion de mettre le doigt sur les disparités du culte catholique, du curé de campagne œuvrant dans une église menaçant ruine et désertion, aux fastes de certains monastères et cathédrales, sans parler des abbayes proposant des prestations adaptées tant au pèlerin de "base" qu'aux touristes chics ou autres stages de yoga... pour un même but, bien des modes de voyages et d'hébergement sont possibles!
 Les motivations de chacun à suivre ce chemin peuvent d'ailleurs être très différentes... et le business autour du pèlerinage l'a bien compris! Entre hébergement crasseux, promiscuité ou "Mochila-express" (sac à dos transporté en voiture à l'étape suivante), il y a un monde! Et c'est avec humour que tout cela est décrit, nous offrons un joli voyage immobile sur ce chemin vers Saint-Jacques de Compostelle!

Ce livre permet enfin de (re)découvrir plusieurs régions d’Espagne, et donne très envie d'y séjourner (de découvrir en particulier les Asturies pour ma part) et qui sait... d'emprunter à son tour le Camino...

Merci à Livraddict et aux éditions folio pour ce partenariat!

10 commentaires:

  1. J'ai entendu parlé de ce livre :) Et tu me donnes vraiment envie de m'y plonger :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai du mal avec le Chemin de Compostelle, j'ai aussi du mal avec Santiago le Matamore (au sens littéral), j'ai vu les pèlerins le long de l'autoroute et je me suis dit qui'ls n'étaient pas là pour la rando:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. il faudrait que je me replonge dans l'histoire, j'avoue ne pas être très au point sur le Matamore!

      Supprimer
    2. mata =qui tue more= les maures

      Supprimer
  3. J'ai écouté une émission où était invité J.C. Ruffin, je crois qu'il aurait pu m'emmener avec lui tant il est captivant ... je vais me contenter de son livre
    douce soirée de lecture
    bise

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. soirée canapé! j'attaque un gros pavé "Le chardonneret" , le temps incite à rester au chaud!
      bon week-end!

      Supprimer
  4. Son côté ésotérique m'avait un peu agacée même si, c'est vrai, la découverte du chemin peut -être intéressante!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oui le côté "pratique" du chemin est très intéressant!

      Supprimer

Comments system