dimanche 23 novembre 2014

nymphéas noirs Michel Bussi

«Trois femmes vivaient dans un village. La première était méchante, la deuxième était menteuse, la troisième était égoïste. Elles possédaient pourtant un point commun, un secret en quelque sorte : toutes les trois rêvaient de fuir… »
Tout n'est qu'illusion, surtout quand un jeu de miroirs multiplie les indices et brouille les pistes. Pourtant les meurtres qui troublent la quiétude de Giverny, le village cher à Claude Monet, sont bien réels. Au coeur de l'intrigue, trois femmes : une fillette de onze ans douée pour la peinture, une institutrice redoutablement séduisante et une vieille femme aux yeux de hibou qui voit et sait tout. Et puis, bien sûr, une passion dévastatrice. Le tout sur fond de rumeur de toiles perdues ou volées, dont les fameux "Nymphéas noirs". Perdues ou volées, telles les illusions quand passé et présent se confondent et que jeunesse et mort défient le temps. Un étonnant roman policier dont chaque personnage est une énigme.
 
Mon petit mot
 
Un roman policier dans le monde de l'art, de quoi me plaire!
Et en effet, une plongée directe dans le monde des impressionnistes et dans le village de Giverny (que j'avais visité en plein mois d'août avec beaucoup beaucoup d'autres touristes!), j'ai  d'autant plus apprécié de m'y promener "virtuellement" à nouveau sur les traces des personnages, et de découvrir un peu l'envers du décor du lieu!
 
Côté enquête au départ, j'ai été un peu agacée par ces fins de chapitres qui vous plantent là sur une petite phrase pleine de suspens tandis que le chapitre suivant passe à un autre personnage... bref, on est accroché , et après tout c'est l'essentiel... ! 
Et le final réserve son lot de surprises... et l'envie de relire plusieurs passages du livre pour tenter de repérer un indice qui nous aurait échappé... ça agace (bis!), mais c'est le but du jeu, non? 
Et puis un roman policier qui donne envie à la fois de lire Aurélien d'Aragon et de pousser la porte d'un musée (l'orangerie par exemple, ou tout au moins de retourner à Giverny), c'est quand même pas mal! 

et de faire des recherches sur les tableaux évoques comme le Baiser de Steinlen du musée de Vernon:

 une sortie de PAL dans le cadre du challenge l'art dans tous ses états!


16 commentaires:

  1. Je n'ai pas encore lu "Nymphéas noirs" mais je pense finir par le lire, je n'en vois que de très bonnes critiques ! J'avais adoré "Ne lâche pas ma main" et d'ici peu, je vais commencer "Un avion sans elle" :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai lu également Un avion sans elle, et j'ai apprécié aussi!

      Supprimer
  2. Je ne me souviens plus de l'intrigue et ce qui me reste, dans ce roman, après ma lecture qui date de la parution, c'est tout ce qui a trait à l'art, à Giverny. Une bonne raison de le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je pense que c'est aussi ce qu'il m'en restera!

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup Giverny, je crois que cela me plairait!

    RépondreSupprimer
  4. quand l'art entre dans le roman, je dis toujours oui !

    RépondreSupprimer
  5. Un livre que je n'ia toujours pa slu mais que j'ai offert deux fois (et adoré à chaque fois). Bises

    RépondreSupprimer
  6. Je crois que c'est le seul que je n'ai pas encore lu de Michel Bussi, je pense que je vais me le faire offrir bientôt :-)

    RépondreSupprimer
  7. Bon, je ne suis pas tombée sous le charme mais il y a des aspects positifs dans ce livre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout n'est pas "emballant" en effet, mais globalement, c'est positif pour moi!

      Supprimer
  8. Je n'ai pas encore lu celui-ci ;)

    RépondreSupprimer

Comments system