vendredi 18 juillet 2014

La jeune fille et la mort #off14 Festival d'Avignon 2014

Le verbe fou 19h30
Festival Avignon 2014


Que se passe-t-il quand la victime croit reconnaître son bourreau et que le destin lui offre l'occasion d'inverser les rôles ? Peut-on séparer nettement le bien du mal ? S'il n'existe pas une vérité absolue, où devons-nous la chercher ? Dans les nuances... ?
 D'une actualité surprenante, ce texte nous interroge sur l'éternel conflit entre justice et devoir de mémoire et sur la capacité à devenir et rester humains. Évitant tout moralisme et facilité, cette pièce puissante traite des complexités engendrées par la recherche de la justice et du châtiment.

Paulina, ex-militante emprisonnée et torturée durant l'ancien régime, vit avec son époux Gerardo, brillant avocat. Le soir où il est nommé à la commission qui enquêtera sur les méfaits de la dictature, Gerardo tombe en panne de voiture. Heureusement, il est raccompagné par le Docteur Miranda. Aussitôt, Paulina croit reconnaître en ce visiteur providentiel son ancien tortionnaire. Décidée à le confondre et à se venger, elle convainc son mari de jouer l'avocat de la défense. Très vite "le procès" bascule...


Auteur : Ariel Dorfman
Interprétation : Fabrice Drouelle en alternance avec Luc Baboulene, Philippe Pierrard et Stéphanie Reynaud
Voix Off : Patricia Martin(France-Inter)
Mise en scène : Massimiliano Verardi
Lumières et ambiance sonore : Philippe Piazza
Décor : Florence Aillerie
Costumes : Catherine Lainard
Graphisme et visuel : Julien Petit



Mon petit mot

Dans cette petite salle du Verbe fou,  un texte inquiétant, et questionnant.

Nous sommes conviés à un sombre huis-clos, porté ici par une belle scénographie (décors, lumières, sonorisation, et bien sûr la musique de Schubert).

Quand les rôles s'inversent entre victime et bourreau, qu'en est-il alors de la justice?
Et où est la vérité?
De nombreuses questions philosophiques traversent la pièce, et nous poursuivent ensuite... est-il possible de se faire soi-même justice?
A chacun sa vérité... 
Un questionnement qui mérite en tout cas le détour par le Verbe fou. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system