mercredi 11 juin 2014

Mudwoman Joyce Carol Oates

Mudwoman de Joyce Carol Oates
traduction Claude Seban

 Présentation
 Abandonnée par sa mère à demi-folle au milieu des marais de l’Adirondacks, Mudgirl, l’enfant de la boue, est sauvée on ne sait trop comment, puis adoptée par un brave couple de Quakers qui l’élèvera avec tendresse en s’efforçant toujours de la protéger des conséquences de son horrible histoire. Devenue Meredith "M.R" Neukirchen, première femme présidente d’une université de grand renom, Mudgirl, brillante et irréprochable, fait preuve d’un dévouement total à l’égard de sa carrière et d’une ferveur morale intense quant à son rôle. Mais précisément épuisée par la conception d’une rigidité excessive qu’elle a des devoirs de sa charge, tourmentée par ses relations mal définies avec un amant secret et fuyant, inquiète de la crise grandissante que traverse les États-Unis à la veille d’une guerre avec l’Iraq (crise qui la contraint à s’engager sur un terrain politique dangereux) et confrontée à la classique malveillance sournoise des milieux académiques, M.R. se retrouve face à des défis qui la rongent de manière imprévisible. 
Un voyage sur les lieux qui l’ont vue naître, censé lui rendre un peu de l’équilibre qui lui échappe, va au contraire la jeter dans une terrifiante collision psychique avec son enfance et menacer de l’engloutir une fois encore, mais dans la folie. Cette impitoyable exploration des fantômes du passé, doublée du portrait intime d’une femme ayant percé le plafond de verre à un coût gigantesque, fait de ce livre ainsi que l’a proclamé la critique, "un géant parmi les grands romans de Oates".


Mon petit mot:

Dire qu'il y a encore quelques mois je ne connaissais pas JC Oates!

Après:
Les Chutes  Joyce Carol Oates


et
 Norma Jeane d'après Blonde de Joyce Carol Oates mise en scène John Arnold  CDRT






J'ai plongé sans retenue dans la boue de ce nouveau roman. 

Le destin de cette femme, son enfance tragique, son accession au pouvoir, et ses fêlures qui réapparaissent, m'a embarquée.
Guérit-on jamais de son enfance?  C'est ce que semble dire la façade, une apparence sûre d'elle, une réussite professionnelle éclatante,  mais à l'intérieur, les fissures sont profondes et ne demandent qu'à se rouvrir.

Un monde universitaire pas très rose (et la question de la place des femmes), les conflits, les manipulations,  des portraits parfaitement croqués, tant de ces universitaires que de l'entourage de la petite fille qu'elle a été,  pour nous livrer ascension et chute de cette "Mudwoman".

Les titres des chapitres et certains épisodes (cauchemars) ou personnage (le roi des corbeaux)  nous plongent dans le monde des contes... dans toute leur noirceur...
bref, séduite à nouveau par la plume de JC Oates! 





Dans le cadre des challenges rentrée littéraire, plume au féminin et JC Oates



10 commentaires:

  1. Encore un Joyce Carol Oates qu'il faut que je devore...

    RépondreSupprimer
  2. j'espère que tu l'appréciera!

    RépondreSupprimer
  3. Je partage ton enthousiasme pour ce titre. De cette auteure, j'ai beaucoup aimé également "nous étions les mulvaney"

    RépondreSupprimer
  4. merci pour le conseil, je note!

    RépondreSupprimer
  5. Mais quand me déciderais-je à lire cette auteure qui me tente depuis si longtemps ?

    RépondreSupprimer
  6. Je n'en entends que du bien ! J'aimerais beaucoup le lire.

    RépondreSupprimer
  7. Quasi chaque fois que je lis un billet sur un roman de JCO, je le note. Celui-ci ne fait pas exception...

    RépondreSupprimer
  8. je n'ai fini par succomber qu'il y a qqs mois, mais je suis conquise! Lancez-vous!

    RépondreSupprimer
  9. Je n'en ai lu qu'un d'elle, et malgré tous les billets dithyrambiques, j'ai du mal à me décider à continuer ma découverte de cette auteur. Je crois que ce titre pourrait me faire changer d'avis.

    RépondreSupprimer
  10. j'espère qu'il te plaira si tu te laisses tenter!

    RépondreSupprimer

Comments system