lundi 23 juin 2014

Les revenants de Laura Kasischke

Ma première rencontre avec cette auteure dans

m'avait laissée sur un avis assez partagé, il fallait renouveler l'expérience!
J'avais alors acheté d'occasion ces Revenants qui avaient l'air de recevoir des avis très positifs et après

j'ai eu envie de rester dans le monde universitaire et de m'y plonger enfin : et j'ai été totalement conquise! Ne jamais rester sur une première impression!





Les revenants de Laura Kasischke présentation de l'éditeur


Élève brillante, Nicole était douce et sociable (cheftaine scout, membre de plusieurs associations d’étudiantes). Elle meurt subitement dans un accident terrible. À l’automne suivant, tandis qu’un nouveau semestre commence, Craig, l’ancien petit ami de Nicole est renvoyé de l’université médiocre où il était entré par relations. Tenu pour responsable de la mort de Nicole mais relâché faute de preuves, il ne parvient pas à surmonter le drame, ne cesse d’y repenser et a l’impression de voir Nicole partout. Perry, son colocataire, était dans le même lycée que Nicole. Lors d’un séminaire sur la mort par Mira Polson, professeur d’anthropologie, il fait part de ses interrogations et de ses doutes quant à la disparition de la jeune fille. Il dit avoir connu la vraie Nicole : une personne manipulatrice, malhonnête, et séductrice.

De son côté, Shelly Lockes, unique témoin de l’accident, conteste la version officielle, selon laquelle Nicole, baignant dans une mare de sang, n’aurait pu être identifiée que grâce à ses bijoux. Selon elle, la jeune fille était inconsciente mais ne présentait aucune lésion. D’étranges événements surviennent alors: mystérieux appels téléphoniques, cartes postales énigmatiques, apparitions de Nicole… ou d’une fille qui lui ressemble. La rumeur enfle à Godwin Hall, précipitant Craig, Perry, Mira et Shelly au coeur d’un ténébreux mystère qui va transformer leurs vies pour toujours: se pourrait-il que, trop jeune pour mourir, Nicole soit revenue ?
 
Mon petit mot

Qu'il est cruel ce monde universitaire!
On pourrait tomber dans le fantastique, rester dans le polar ou glisser vers une sorte de sociologie des campus, Laura Kasischke navigue entre tout cela pour composer cette fresque qui tient en haleine.

Des personnages denses, bien croqués, les liens se dévoilent peu à peu, d'un point de vue à l'autre, on s'interroge, un suspens efficace!
C'est aussi  un questionnement fouillé autour de la mort, des rituels, et une peinture d'une certaine société américaine , entre puritanisme et horreur absolue , qui fait peur.

Il y a aussi les rites de passages, la fin de l'adolescence, ces groupes d'étudiantes aux pratiques effrayantes. On se prend souvent à espérer qu'il ne s'agit bien pour l'essentiel que de fiction... mais on sait bien que la réalité la dépasse souvent hélas...


Bref, une belle sortie de PAL!




5 commentaires:

  1. Je l'ai récupéré un peu par hasard et justement je ne savais pas trop si je devais le sortir de ma PAL. Ton avis enthousiaste me donne très envie de le remonter !

    RépondreSupprimer
  2. Dans ma PAL depuis sa sortie en grand format, c'est-à-dire depuis bien trop longtemps. Je suis sûre qu'il me plaira en plus...

    RépondreSupprimer
  3. Aaah ! Il m'a plu celui-ci ! J'ai particulièrement aimé cette ambiance particulière, entre le polar et l'étude de mœurs, et qui parfois même frôle le fantastique...

    RépondreSupprimer

Comments system