lundi 27 janvier 2014

Richard III Shakespeare DOMINIQUE PINON Fréchuret CDRT et LC

Un Richard III en 4 étapes! Scène _ lecture - Scène _ lecture!

1/   Kiss Richard adaptation pour un seul comédien vue à Avignon l'été dernier m'avait donné envie de me plonger dans le texte ( j'avais eu des problèmes de repérages dans les personnages)

2/   Il y a quelques temps, claudialucia proposait une lecture commune autour de SHAKESPEARE  j'ai sauté sur l'occasion, et me suis replongée avec plaisir dans mes petits classiques qui dormaient depuis trop longtemps dans ma bibliothèque. Avec encore en tête les images avignonaises , je suis entrée plus facilement que je ne le pensais dans le texte... en revenant tout de même deux ou trois fois à la liste des personnages du début!
Je l'avoue, j'ai tout de même, parcouru plusieurs pages en diagonale, jusqu'au fatidique "Un cheval ! Mon royaume pour un cheval ! " , pas facile de lire seule un texte fait pour la scène.
 Et, alors que la lecture commune était prévue du  20 au 27 Janvier  le théâtre de Tours accueillait la semaine dernière des représentations de cette pièce, autant dire que je n'ai pas hésité à prendre une place!

3/  La pièce vue au CDRT

4/ Relecture enfin de certains passages qui avaient retenus mon attention lors de cette représentation!


Pièce vue au CDRT  Richard III De Shakespeare


Mise en scène Laurent Fréchuret
Traduction Dorothée Zumstein
Assistant à la mise en scène Vanasay Khamphommala
Scénographie Stéphanie Mathieu
Création et régie lumières Eric Rossi
Création costumes Claire Risterucci
Maquillage et perruques Françoise Chaumayrac
Création et régie son Francois Chabrier
Musique Bob Lipman Dominique Lentin



Avec
 DOMINIQUE PINON Richard
 THIERRY GIBAULT le duc de Buckingham /  Walter Herbert
 NINE DE MONTAL la reine Elizabeth / Blunt
 MARTINE SCHAMBACHER la reine Margaret, la duchesse d'York, le greffier,  Ratcliffe
 JEAN-CLAUDE BOLLE-REDDAT, Hastings Stanley
AMAURY DE CRAYENCOUR 
JESSICA MARTIN
PIERRE HIESSLER
PAULINE HURUGUEN
DAVID HOURI



« Je suis déterminé à jouer les méchants » dit Richard dès la scène 1 [...] Nous assistons à la métamorphose d’une réunion de famille en un champ de cadavres. Au cœur de ce clan en pleine putréfaction, Richard est l’outil, l’accélérateur de la fin d’un monde, d’une dynastie arrivée au terme de sa décadence. Il s’engagera jusqu’au bout de ce jeu dangereux, de ce rituel, et n’y survivra pas, lui non plus. Shakespeare nous raconte la mort d’une société toute entière, dans l’espace exigüe et en ruine d’un appartement royal.
Richard III est un poème dangereux, un nœud de vipère à dénouer avec la langue. Un appel au jeu comme on dit un appel au meurtre. Une tragédie mêlée à une farce, traçant avec vertige l’un des plus beaux portraits du mal jamais tenté par un dramaturge. Une pensée, un souffle, un cabaret monstrueux, une partition inépuisable, un matériau brûlant, à éprouver collectivement.
Laurent Fréchuret, note d’intuition, janvier 2013

video

Mon petit mot 

Mon petit mot sur la pièce et la représentation:

Richard III fait partie de ces personnages noirs fascinants. De crimes en crimes, le pire est toujours à venir, mais ses interrogations sur lui-même, ses adresses eu spectateur, dressent un portait d'homme complexe mégalomane  et passionnant, séduisant et monstrueux.
Soif de pouvoir, manipulations, réflexion sur ce que doit être un "bon" souverain, fin justifiant et légitimant les moyens... c'est une pièce qui continue à nous faire réfléchir. Il n'est hélas pas de journal télévisé qui ne parle de dictateur ou de luttes sanglantes pour le pouvoir.  

La mise en scène de Laurent Fréchuret  et l'interprétation de Dominique Pinon lui donnent tout son sens.
Je ne me suis cette fois pas perdue en route (d'ailleurs, l'arbre généalogique distribué avec la feuille de salle, quelle bonne idée!).
J'ai beaucoup aimé en particulier toute la première partie (un petit coup de fatigue pour ma part sur la fin, j'ai moins accroché avec le final et la fin de la bataille), le jeu avec les spectateurs, l'abolition de la frontière de la scène et l'utilisation du premier rang de la salle, les adresses directes, cela relance l'attention et la compréhension, et c'est bien fait!
On en rit même de tant d'horreurs,  de tant de mauvaise fois.... et la nouvelle traduction proposée ici apporte une compréhension qui m'a un peu manquée à la lecture, tout en en gardant toute la poésie et le lyrisme de certains passages.

De nombreuses tables, un espace qui bouge, une ingénieuse tour, du sang qui s'incruste partout, des lumières, des ombres et des roses (la rose blanche des York contre la rose rouge des Lancastre) , composent un décor où vient parfaitement s'inscrire la tragédie.

Quand à la distribution, là encore cela fonctionne très bien!10 acteurs pour une trentaine de personnages, et une vraie réussite au final!
Une pièce créée à Tours que vous pourrez ensuite retrouver en tournée, n'hésitez pas!

 Pour le Challenge Shakespeare et le challenge Théâtre



et challenge un classique par mois

11 commentaires:

  1. http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/2011/01/26/richard-iii-dapres-shakespeare-mise-en-scene-david-gauchard-lunijambiste/
    si tu n'as pas le courage de retourner au bilan très complet de claudialucia je t'envoie ce lien
    mise en scène un pue bizarre qui m'a forcée à revenir au texte

    RépondreSupprimer
  2. http://miriampanigel.blog.lemonde.fr/2011/01/29/richard-iii-looking-for-richard-al-pacino-dvd/

    je n'arrive pas à copier coller et à revenir sur la même fenêtre

    RépondreSupprimer
  3. Ce que j'aime chez Shakespeare (entre autres) c'est le mélange des genres : le tragique le plus noir côtoie la comédie. Cette mère qui compte ses morts devant une autre mère, pour lui expliquer qu'elle est plus malheureuse, c'est grotesque, mais c'est humain aussi;
    Il y avait quelques étrangetés dans cette mise en scène, notamment la bataille à la fin, mais j'ai éprouvé beaucoup de plaisir à revoir cette pièce. La mise en scène, à Tours il y a cinq ou six ans de cette même pièce était beaucoup plus... physique, je dirais. Richard III finissait dans la boue, et dans les bas-fonds, c'était saisissant.
    La prochaine fois à Tours, je vais voir l'adaptation de "Blonde" de Joyce Carol Oates : y vas-tu ?

    RépondreSupprimer
  4. je n'avais pas vu cette version là, dommage!
    Je vais voir aussi Blonde, le jeudi soir il me semble
    Bonne journée!

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour ce compte rendu qui m'a donné vraiment envie de voir cette pièce. J'en ai abandonné la lecture mais j'y reviendrai et puis espérons que d'ici là je pourrai la voir! J'ajoute ton lien au challenge Shakespeare!

    RépondreSupprimer
  6. je pense que sans 'l'aide " de la représentation, j'aurais eu du mal à la lecture seule également!
    bonne soirée!

    RépondreSupprimer
  7. J'avais pensé à toi quand j'avais vu qu'elle était à Tours^^ La mise en scène avait l'air intéressante. Par contre, je regrette toujours que le rôle soit interprété par des acteurs un peu trop âgés (Richard est mort à 32 ans), même si je comprends pourquoi.

    RépondreSupprimer
  8. c'est vrai, cela change un peu le regard porté sur le personnage d'ailleurs.
    Mais pour un jeune comédien, avoir les épaules pour ce rôle.. pas simple!

    RépondreSupprimer
  9. Ca donne vraiment envie, surtout que j'adore Dominique Pinon, et tu dis que tu ne t'es pas perdu en route ...ça c'est essentiel ;)
    Catherine

    RépondreSupprimer
  10. c'est une version très abordable, et une très belle distribution!

    RépondreSupprimer

Comments system