dimanche 5 janvier 2014

Prince d'orchestre Metin ARDITI

Prince d'orchestre de Metin ARDITI


Présentation de l'éditeur


Alors que chaque concert lui vaut un triomphe et qu’il se trouve au sommet de sa gloire, le chef d’orchestre Alexis Kandilis commet une indélicatesse dont les conséquences pourraient être irrémédiables. Sa réputation est ébranlée. Aux déceptions et revers qui s’ensuivent il oppose la certitude de son destin d’exception. Mais les blessures les plus anciennes se rappellent à son souvenir. L’insidieux leitmotiv des Kindertotenlieder – Les chants des enfants morts – de Gustav Mahler lui chuchote sans répit le secret qu’il voudrait oublier. La chute est inexorable. Seules l’amitié ou la confiance de quelques proches semblent l’ouvrir à une autre approche de son talent, susciter en lui un homme nouveau, dont la personnalité glisserait de la toutepuissance à la compassion, de l’arrogance à l’empathie profonde. Se dessine peut-être une métamorphose…
Roman haletant, parcours exalté, bouleversé par les véhémences de la musique, Prince d’orchestre est aussi une réflexion sur la part d’imprévisible que contient toute existence, sur la force du hasard et les abîmes de la fragilité humaine, sur les souffrances que convoque, apaise, et souvent transcende l’inépuisable fécondité de l’art.



Le début:
« Ce serait un triomphe.
Alexis Kandilis le savait.
Il dominait tout. Les instruments. La musique. Ce que les gens allaient ressentir, penser... Tout.
Dans la salle bondée, mille huit cents personnes retenaient leur souffle, impatientes, déjà, de pouvoir dire plus tard : « C’était un concert inouï. »
Tout était en place.. Au millimètre.
L’attaque se ferait avec les bois et les cuivres. Bassons, cors, trombones... Alexis Kandilis balaya leurs pupitres du regard. Les musiciens étaient figés, dans l’attente, les yeux rivés sur lui, prêts à le suivre. Dans dix ans, dans quinze ans, ils raconteraient encore, avec dans la voix un tremblement : « Tu te souviens du concert avec Kandilis ? On avait commencé avec l’ouverture de La force du destin. C’était gé-nial ! »

Mon petit mot
Après des mois dans ma liste d'envies, ça y est enfin lu!

Un livre choisi pour l'auteur et pour la musique, et qui donne d'ailleurs envie d'écouter entre autres le fameux Kindertotenlieder de Gustav Mahler ou de se replonger dans Beethoven.
Le héros est un personnage plutôt antipathique, auquel on n'a pas envie de s'attacher, mais dont la chute nous donne à réfléchir. Un gâchis phénoménal. Le passé qui refait surface. Les conséquences de ses actes à assumer. La fameuse force du Destin. J'avoue, j'attendais une rédemption, non, la fin est au diapason...

Un livre qui m'a essentiellement intéressée pour la musique, les rapports entre le chef et l'orchestre, les enregistrements, les critiques dans la presse...  rapports de force, rivalités, les coulisses sont bien sombres!

Bref, un auteur que je continuerai à suivre et une année 2014 qui commence bien côté lecture!  


Dans le cadre du challenge
et pour inaugurer la nouvelle saison du:
Tout en contribuant à

9 commentaires:

  1. Tant mieux si tu as apprécié ! Ce personnage est particulièrement détestable et quels choix il fait dans cette spirale infernale !!

    RépondreSupprimer
  2. J'ai découvert l'auteur avec le Turquetto que j'ai adoré. C'est vraiment un auteur à suivre.

    RépondreSupprimer
  3. Je savais à quoi m'en tenir grâce aux précédents avis dans le cadre du challenge!

    RépondreSupprimer
  4. C'est un ouvrage qui me tente beaucoup. Il faut que je me décide!

    RépondreSupprimer
  5. Ce fut un coup de cœur (pour le style, l'écriture, le rendu du personnage... mais quel homme détestable.

    RépondreSupprimer
  6. C'est ça, un héros totalement détestable....!

    J'espère qu'il te plaira Céline!

    RépondreSupprimer
  7. celui-là me tente beaucoup, je le prendrai à la bibliothèque quand elle ré-ouvrira (ma bibli a fermé pour cause d’ouverture d'une magnifique médiathèque qui n'est pas encore opérationnelle) en attendant je vide la PAL et il y a du boulot.

    RépondreSupprimer
  8. Je le note après le Turquetto !!!
    Belle journée !

    RépondreSupprimer
  9. c'est vrai que la BM est parfois terrible pour la PAL!

    Je n'ai pas encore lu le Turquetto, il est dans la liste d'envies!

    RépondreSupprimer

Comments system