mardi 10 décembre 2013

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme Stefan Zweig

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme Stefan Zweig

Présentation de l'éditeur
Au casino de Monte-Carlo, une veuve anglaise prend sous son aile un jeune homme perdu par la fièvre du jeu. Assumant le rôle de mère et d'amante, elle tente tout pour l'aider. Elle-même ne se reconnaît plus : va-t-elle abandonner sa vie bourgeoise et s'enfuir avec lui ? Le sauver implique de se perdre. Voici le récit des vingt-quatre heures qui changent une vie. 
Dans cette sombre nouvelle, parue en 1925, qui a beaucoup frappé Freud, Zweig se montre au sommet de son art de psychologue, dans l'analyse du coup de foudre amoureux et de l'addiction au jeu, ainsi que d'une passion plus complexe qui menace l'héroïne : la pitié dangereuse, ce mélange de sensualité et de devoir. L'auteur décrit admirablement le conflit intérieur qui se joue en chaque individu quand son existence se change en destin.

Le début
Dans la petite pension de la Riviera où je me trouvais alors (dix ans avant la guerre), avait éclaté à notre table une violente discussion qui brusquement menaça de tourner en altercation furieuse et fut même accompagnée de paroles haineuses et injurieuses.

Mon petit mot

Je connaissais la version film avec Agnès Jaoui et Michel Serrault, que j'avais beaucoup appréciée
mais je n'avais pas encore lu le court récit dont il était issu.
J'aime généralement beaucoup l'écriture de cet auteur et je n'ai cette fois encore pas été déçue!

Pour la plongée dans l'époque, pour les façons de penser des héros, cet autre temps et ces convenances, si proche et si lointain.
Pour les images qui naissent à la lecture, pour ces heures fulgurantes dans la vie de cette femme, pour cette conception de l'amour, pour l'affolement des sentiments, un texte à lire!
Un texte dont j'aimerais maintenant beaucoup voir l'adaptation au théâtre.

 Dans le cadre du challenge Voisins Voisines pour l'Autriche


5 commentaires:

  1. Je me suis toujours dit qu'il fallait absolument que je lise ce livre sans jamais le faire. Je ne savais pas du tout qu'il y'avait un film, je jetterai bien un coup d’œil pour voir ce que donne cette adaptation.

    RépondreSupprimer
  2. je garde un bon souvenir de la version film, qui m'a donné envie d lire le livre!

    RépondreSupprimer
  3. j'ai découvert Zweig (seulement) l'an dernier avec ce texte, mais c'est un coup de foudre ! Il faut que je m'y remette car ses textes sont courts mais tellement intenses ! L'adaptation me tente bien aussi !

    RépondreSupprimer
  4. j'avais oublié l'existence du film, je vais combler cette lacune. Zweig est un de mes auteurs préférés et bizarrement je n'ai pas lu ce livre. Autre lacune!5

    RépondreSupprimer
  5. et j'espère maintenant en voir une adaptation au théâtre!

    RépondreSupprimer

Comments system