samedi 12 octobre 2013

Sauf les fleurs Nicolas Clément

Nicolas Clément  Sauf les fleurs.
Éditeur : Buchet Chastel - Parution : Août 2013

Présentation de l'éditeur
Marthe vit à la ferme avec ses parents et son frère Léonce. Le père est mutique et violent, mais l’amour de la mère, l’enfance de Léonce et la chaleur des bêtes font tout le bonheur de vivre.
À seize ans, elle rencontre Florent et découvre que les corps peuvent aussi être doux. Deux ans plus tard, le drame survient. Les fleurs sont piétinées, mais la catastrophe laisse intacts l’amour du petit frère et celui des mots.
Une histoire bouleversante et charnelle, une langue d’une puissance étincelante : la voix de Marthe, musicale et nue, accompagnera le lecteur pour longtemps.

« Je voulais une mère avec des épaules pour poser mes joues brûlantes. Je voulais un père avec une voix pour m’interdire de faire des grimaces à table. Je voulais un chien avec un passé de chat pour ne pas oublier qui j’étais. [...] Je n’ai pas eu tout ce que je voulais mais je suis là, avec mes zéros, ma vie soldée du jour qui vaut bien ma vie absente d’avant. Je tombe rond ; mon compte est bon. »


Le début
 Notre ferme n’est pas grande, mais c’est notre ferme. Nous y vivons à quatre, toutes les chambres nous vont, retournées ou rangées. Quand la neige avale nos pelles, j’apprends à coudre sur une machine ajustée à mes doigts, d’où naissent de longues robes dessinées sans faiblir. Avec mes aiguilles, je m’installe avant la traite face au jardin brouillon entrelacé de coloquintes. Ma machine à coudre est une Singer offerte par Maman, la rigueur de mes points en dépend. J’ai toujours un vêtement sur le métier, un velours à bâtir, un ourlet à marquer. J’aime habiller Maman, l’inviter dans ma chambre, recevoir son miroir, couvrir ses cicatrices.


Mon petit mot
 De ce court texte, ce qui frappe au premier abord, c'est la langue, de la poésie qui fait mouche, qui fait mal. Car l'histoire est tragique. Violence conjugale, violence sur les enfants. Jusqu'au pire. Des mots qui s'enroulent et se déroulent et permettent de dire des choses terribles... sans en avoir l'air... sous les fleurs, le sang... Il y aussi l'importance des livres pour tenir la tête hors de l'eau, et d'Eschyle en particulier et les échos à la tragédie grecque.
Bref, un premier roman pour lequel il n'est facile de trouver des mots tant ceux de l'auteur vous trottent en tête. Un livre lu d'une traite pour savoir comment tout cela allait finir, et que je relirai avec plaisir pour encore mieux apprécier la langue, et parce que désormais, je sais quand l’héroïne l'a écrit, à destination de son frère, et depuis quel endroit.Et un livre qui donne en prime envie de se replonger dans les auteurs grecs.

Dans le cadre du challenge rentrée littéraire 2013 et du défi premier roman


5 commentaires:

  1. Décidément, il faut que je lise ce livre ! Vous me donnez tous très envie !

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien moi je ne me sens pas attirée du tout... Pas envie de lire trop de violence...

    RépondreSupprimer
  3. C'est vrai que le thème est dur, mais le traitement fait que ce n'est pas ce qui prédomine, beaucoup de poésie dans tout cela...

    RépondreSupprimer
  4. plusieurs blogs parlent de ce livre cette semaine : je suis plus que motivée maintenant, c'est malin !

    RépondreSupprimer

Comments system