mardi 1 octobre 2013

Nomination de Jacques Vincey au CDR de Tours

 Après plusieurs jours de rumeurs, c'est officiel, c'est Jacques Vincey qui succède à Gilles Bouillon au Nouvel Olympia CDR de Tours:
www.culturecommunication.gouv.fr/

Nomination de Jacques Vincey à la direction du Théâtre de L’Olympia,centre dramatique régional de Tours

 


Aurélie Filippetti, ministre de la culture et de la communication, en plein accord avec Jean Germain, président de la communauté d’agglomération Tour(s)plus, François Bonneau, président du conseil régional du Centre et Frédéric Thomas, président du conseil général d’Indre et Loire, a nommé Jacques Vincey à la direction du Théâtre de l’Olympia – Centre dramatique régional de Tours.
D’abord comédien aux côtés de Patrice Chéreau, Bernard Sobel ou Gabriel Garan, Jacques Vincey fonde, en 1995, la compagnie Sirènes.
Explorant tout à la fois, le répertoire classique et contemporain, il est artiste-associé à la Scène nationale d’Aubusson de 2008 à 2011 et au Théâtre du Nord - CDN Lille-Tourcoing de 2011 à 2013. Il met en scène Amphitryon de Molière à la Comédie-Française en 2012 et La vie est un rêve de Calderon en 2013. 
Son projet pour le centre dramatique régional de Tours reposera sur une association avec des artistes partenaires dont les démarches et les esthétiques sont différentes et complémentaires des siennes.
Il conçoit le centre dramatique comme un pôle de ressources sur le territoire pour les compagnies de la région, les jeunes comédiens en insertion, l'émergence et souhaite développer un travail en réseau avec les institutions de ce territoire.
Il favorisera les séries de représentations afin de conquérir de nouveaux publics et mobilisera le territoire avec des dispositifs de découverte et de sensibilisation afin de favoriser « le premier pas » et « vivifier le désir de théâtre ».  
Porteur d'un projet sensible et fédérateur, il succédera le 1er janvier 2014 à Gilles Bouillon, fondateur du centre dramatique de Tours, qui poursuivra, à compter de cette date, son activité de création au sein d'une compagnie indépendante.
Jacques Vincey souhaite s'associer pour deux ans avec deux metteurs en scène, Caroline Guiela Nguyen et Alexis Armengol installé à Tours et qui a fondé le Théâtre à cru en 1999 et qui présenteront chacun deux spectacles au CDRT.


L'occasion de saluer le travail accompli par Gilles Bouillon et son équipe dans cette structure et de souhaiter la bienvenue à son successeur, entre nostalgie et curiosité... 

Revue de presse :


Nouvelle république
L'annonce de la succession de Gilles Bouillon à la tête du Centre dramatique régional de Tours[...] les cinq parties en présence (La direction nationale de la création artistique, la direction régionale des affaires culturelles, le conseil régional du Centre, le conseil général d'Indre-et-Loire et la communauté d'agglomération Tour(s) plus. ) étaient tombées d'accord, dès vendredi soir, sur un seul nom (trois candidats étaient en lice Marcial Di Fonzo Bo, Blandine Savetier et Jacques Vincey). [...]Jacques Vincey. [...] que notre collègue Christophe Gendry avait eu au téléphone jeudi dernier et qui nous disait toute son envie de venir à Tours et en Touraine où il avait l'intention de conquérir de nouveaux publics, tout en reconnaissant l'énorme travail fait par son prédécesseur (qu'il ne connaît pas personnellement). Un bon point qui aura sans doute fait pencher la balance du jury (notamment Tour(s) plus) très attaché à l'ouverture du théâtre de la rue de Lucé sur des mondes encore trop lointains, de par leur position géographique ou simplement par les a priori qu'ils peuvent nourrir sur le théâtre.

[...]A la question de savoir si son mandat comprenait la reprise de l'actuelle équipe de Gilles Bouillon, Jacques Vincey nous avait répondu qu'il réservait, en cas de victoire, sa réponse au personnel du Centre dramatique régional. Un personnel qu'il devrait retrouver au 1er janvier 2014.

CDRT Tours

 Gilles Bouillon et le CDRT (La croix)

Parisien d’origine, Gilles Bouillon dirige le Théâtre de Tours depuis 1990 et n’a jamais regretté ce choix de vie, ni de s’être implanté dans la région Centre. « Quand je suis arrivé, sous l’ère Jean Royer, il n’y avait presque rien ici, hormis une scène de 230 places. Ma première tâche a été de convaincre Jean Germain, le nouveau maire, de faire construire un vrai grand théâtre en plein centre-ville. J’ai immédiatement reçu son soutien et l’engagement financier de l’État, de la région et de la communauté d’agglomération. L’architecte Nicolas Michelin a été choisi pour assembler cette belle structure : une salle de 460 places, une salle de répétitions, un bar ouvert tous les jours et accessibles aux habitants, qu’ils viennent au spectacle ou non. »
Décidé en 1996, inauguré en 2003, le Centre dramatique régional de Tours est passé de 2 500 abonnés à 7 000 aujourd’hui, porté par des approches de défrichage avec l’Université François Rabelais et des spectacles joués partout dans la région. « J’aime ce travail de décentralisation, confie Gilles Bouillon, au même titre que mener à bien de grosses productions à Tours. Nous tournons énormément : 190 dates pour Cyrano de Bergerac, 170 pour le Jeu de l’amour et du hasard, 100 pour Othello, 90 pour le Chapeau de paille d’Italie. »Un Chapeau de paille d’Italie, dans la mise en scène de Gilles Bouillon, a été élu meilleur spectacle 2013 dans le cadre des prix Beaumarchais
Disposer d’un aussi beau théâtre (pourvu d’une terrasse ouverte en plein ciel qui offre une vue panoramique sur l’horizon de toits et de clochers) et jouer devant des salles pleines sur un magnifique plateau a beaucoup contribué à la reconnaissance artistique de cette aventure.
Depuis 2005, Gilles Bouillon a mis sur pied l’opération Jeune Théâtre en Région Centre (JTRC), qui accueille en résidence permanente pendant deux ans 7 jeunes acteurs et un technicien, issus des grandes écoles nationales. « On devient comédien en jouant. Le métier, on le découvre vraiment sur le plateau, face au public. Ici, maintenant et tout de suite ! Nous les lançons en alternance avec des spectacles qui sont leurs propres créations et de grosses productions où ils se frottent à des acteurs plus mûrs et chevronnés. Si je prends l’exemple du Chapeau de paille d’Italie, cette troupe de 17 comédiens va vivre ensemble pendant neuf mois et tourner dans 24 villes.
Le JRTC est unique en France. Les élèves sélectionnés vivent à Tours et reçoivent 2 000 € par mois. Ils apprennent la technique, l’administration, la gestion et même l’accueil du public. Ils passent du monde quasi virtuel de l’école à la réalité de l’expérience théâtrale sous toutes ses formes. Ils disposent même d’une très belle salle de répétition qu’ils peuvent utiliser comme ils veulent. Nous leur proposons un accompagnement complet : proposer leur création, la présenter, et même la vendre à d’autres théâtres, le cas échéant. »
À Tours, le CDR fonctionne avec 22 permanents. Le prix moyen des places (qui varie entre 7 et 20 €) est de 10 € alors que la moyenne nationale s’établit à 12 €. De fin septembre à fin mai, le théâtre accueille entre 150 et 160 soirées. Il n’est fermé que quatre semaines par an. Dans le choix de sa programmation à l’année, Gilles Bouillon ne s’interdit rien.
« La vie théâtrale est très riche en France. On peut donc proposer toutes les esthétiques et ce qui nous plaît. J’ai opté pour un équilibre entre les classiques (6 par saison) et des auteurs moins connus. La fréquentation varie entre 45 000 et 50 000 spectateurs par an, confiants et curieux. Identifier le public demeure fondamental pour un directeur de théâtre en province : nous devons savoir pour qui et pour quoi nous travaillons. Ici, les spectateurs n’ont pas peur de dire ce qui leur plaît ou non et le bouche-à-oreille fonctionne très vite. Nous organisons volontiers des rencontres avec le public, après les représentations. »
En 10 ans, Gilles Bouillon a constaté que les pratiques culturelles avaient changé. « Je trouve toujours miraculeux que les gens se déplacent pour venir voir une pièce de théâtre. Cet appétit constant est enthousiasmant. » Les formes proposées pour garder les habitués et conquérir de nouveaux publics sont multiples : audio description pour les malentendants, ateliers avec des écrivains (François Bon, Jean Echenoz, Pierre Michon, Yves Bonnefoy, lectures de Balzac dans les bistrots de Tours et même venue des auteurs engagés dans la nouvelle traduction de la Bible, publiée par Bayard).
Metteur en scène aussi de spectacles lyriques à l’Opéra de Tours, son proche voisin, Gilles Bouillon multiplie les liens entre ces deux institutions et n’hésite pas à dire : « Nous avons fini par créer un véritable réflexe culturel, ici. »
Gilles Bouillon souscrit au constat de Bertold Brecht : « Il n’y a pas de bon théâtre sans bons acteurs ; il n’y a pas de bon théâtre sans bons spectateurs. »


Jacques Vincey


Présentation sur sirenes.fr

Né à Paris en 1960, Jacques Vincey entre en 1979 au Conservatoire de Grenoble après des études lettres. En tant que comédien, il travaille notamment avec Patrice Chéreau (Les Paravents), Bernard Sobel (La Charrue et les Etoiles, Hécube), Robert Cantarella (Baal, Le Voyage, Le Siège de Numance, Le Mariage, l’affaire et la mort, Algérie 54-62), Luc Bondy, André Engel, Laurent Pelly… Au cinéma et à la télévision, il tourne avec Arthur Joffe, Peter Kassowitz, Alain Tasma, Luc Beraud, Nicole Garcia, Christine Citti, Alain Chabat, François Dupeyron... Il met en scène La Place de l'Etoile et Jack’s Folies d’après Desnos (1988 et 1989) et réalise un court-métrage C'est l'Printemps ?  (1992).
Il fonde la Compagnie Sirènes en 1995. En 1997, il met en scène Opéra Cheval de Jean-Charles Depaule au Festival Turbulences de Strasbourg et Erotologie classique d’après F. K. Forberg au festival Trafics à Nantes.  Il co-met en scène avec Muriel Mayette Les Danseurs de la pluie de Karin Mainwaring au Théâtre du Vieux Colombier – Comédie Française en 2001 (après avoir été son collaborateur artistique pour Chat en poche de Feydeau, 1999). Mandaté par l'AFAA pour travailler au Brésil en 2000 et 2001, il monte Saint Elvis de Serge Valletti à Rio de Janeiro en 2002 (Tintas Frescas – Saisons de Théâtre français contemporain en Amérique latine ; festival Rio Cena Contemporanea). 

 Présentation sur theatre-contemporain.net
Comédien, il joue au théâtre sous la direction de Patrice Chéreau (Les Paravents), Bernard Sobel (La charrue et les Etoiles, Hécube), Robert Cantarella (Baal, Le voyage, Le siège de Numance, Le mariage, L’affaire et la mort, Algérie 54-62), Luc Bondy (L'heure où nous ne savions rien...), André Engel (Léonce et Lena, Le Jugement Dernier), Gabriel Garran, Laurent Pelly, Hubert Colas, etc...
Au cinéma et la télévision, il tourne notamment avec Arthur Joffe, Peter Kassowitz, Alain Tasma, Luc Beraud, Nicole Garcia, Christine Citti, Alain Chabat, François Dupeyron...
Metteur en scène, il monte deux spectacles d’après Robert Desnos, La Place de l'Etoile et Jacks Follies, aux Bouchons en 1987 et 1988.
En 1992, il réalise un court-métrage : C'est l'Printemps ?
En 1995, il fonde la Compagnie Sirènes.
En 1997, il crée Opéra Cheval, une pièce de Jean-Charles Depaule, au Festival Turbulences à Strasbourg.
Le spectacle est repris en tournée et au Théâtre de l'Echangeur à Bagnolet en 1998.
Il met en scène et joue Erotologie Classique pour le Festival Trafics à Nantes en 1997.
En 1999, il est collaborateur artistique de Muriel Mayette pour Chat en Poche de Feydeau à la Comédie-Française (Théâtre du Vieux Colombier).
En mars 2001, il co-met en scène avec Muriel Mayette Les Danseurs de la Pluie de Karin Mainwaring (création) à la Comédie Française ( Vieux Colombier).
En novembre 2001, il crée Gloria de Jean-Marie Piemme à la Ménagerie de Verre à Paris. Le spectacle est programmé en mai au Festival Frictions à Dijon puis au Festival d’Avignon In en juillet de la même année. Au cours de l’été 2002, le spectacle est repris au festival de Pierrefonds puis à La Mousson d’Eté.
A deux reprises, il est l’assistant d’André Engel pour Léonce et Lena de Büchner et pour Le Jugement Dernier de Horvath présentés au Théâtre de l’Odéon en 2001 et 2003.
Mandaté par l'AFAA, il crée en novembre 2002 Santo Elvis de Serge Valletti à Rio de Janeiro dans le cadre des Saisons de Théâtre Français Contemporain en Amérique Latine (Tintas Frescas) et du festival Rio Cena Contemporanea, puis tourne ce spectacle au Brésil en 2003 et en France en 2004.
2004/05 – 2005/06
Le Belvédère d’Ödön von Horvath, mise en scène Jacques Vincey
création au CDDB-Théâtre de Lorient puis tournée à DSN–Dieppe Scène nationale, TDB–CDN de Dijon, L’Hexagone, Scène nationale de Meylan, Théâtre des 2 Rives–Rouen, CDN de Thionville (26 dates).
reprise saison 2005/06 au Théâtre de Gennevilliers puis tournée à la Maison des Arts de Thonon-Evian, L’Espace Pluriel de Pau, l’ACB, Scène nationale de Bar-le-Duc, Théâtre Antoine-Vitez–Aix-en Provence (25 dates).
Jours de France de Frédéric Vossier, mise en scène Jacques Vincey
Festival Corps de Texte – Théâtre des 2 Rives – Rouen
2006/07
Mademoiselle Julie de Strindberg, mise en scène Jacques Vincey
Création au théâtre Vidy-Lausanne puis tournée Théâtre de SURESNES Jean Vilar, L’Hexagone, Scène nationale de MEYLAN, Maison des Arts–THONON, La Coupole–SAINT-LOUIS, Le Festin–CDN MONTLUCON, Théâtre La Passerelle Scène nationale de GAP, DIEPPE Scène nationale , Théâtre de l’ONDE, VÉLIZY.
Reprise saison 2007/08 Théâtre Jean-Lurçat, Scène nationale AUBUSSON,Le Toboggan DECINES, Le Carreau, Scène nationale FORBACH,ACB, Scène nationale BAR-LE-DUC,Théâtre de BEAUVAIS,Atelier du Rhin CDR de COLMAR,BSN Bonlieu Scène Nationale ANNECY,Le Fanal-Scène nationale ST NAZAIRE,La Coupole- Scène nationale COMBS-LA-VILLE
2007/08-2008/09
Madame de Sade de Yukio Mishima, mise en scène Jacques Vincey
Création au Centre dramatique de Thionville-Lorraine en avril 08 puis tournée à la Comédie de Picardie et au Théâtre Vidy-Lausanne.
Reprise saison 08/09 à la Scène nationale d’Aubusson puis aux Abbesses (THEATRE DE LA VILLE-PARIS) et en tournée à la Comédie de Reims, La Coursive, Scène nationale de La Rochelle, au Théâtre du Beauvaisis, à la scène nationale de Bar-le-Duc, à L’Hexagone, Scène nationale de Meylan, à Dieppe Scène nationale, au Gallia Théâtre de Saintes, La Coupole–St-Louis, Le Théâtre des 4 Saisons de Gradignan.
2009/10
Reprise de Madame de SADE en tournée d’octobre 09 à avril 2010 à La Coursive, Scène nationale de La Rochelle, au TnBA–Bordeaux, TNT-Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées, au TNS-Théâtre national de Strasbourg, au TNP-Théâtre national populaire de Villeurbanne, à la Scène nationale Evreux-Louviers, …(80 dates en tournée)
Mi-mars 2010 : création au Studio-Théâtre de la Comédie Française d’une adaptation du Banquet de Platon
2010/11
création en mars 2011 de Jours souterrains d’Arne Lygre à la Scène nationale d’Aubusson puis au Studio-Théâtre de vitry et aux théâtre des Ateliers–Lyon.
2011/12
Création de Les Bonnes de Genet. au Granit, Scène nationale de Belfort (octobre 2011). A L’ATHENEE en janvier-)février 2012 puis en tournée sur toute la saison.
Rerpise de Le Banquet d’après Platon au Studio-Théâtre de la Comédie Française.
Création d’Amphytrion de Molière au Théâtre du Vieux Colombier (Comédie française)
Artiste associé au Théâtre du Nord depuis 2011, Jacques Vincey créera à Lille La Vie est un rêve de Calderon durant la saison 2012-2013.
Il poursuit régulièrement une activité pédagogique dans les lycées et les écoles professionnelles (Ecole des Teintureries à Lausanne, CNR de Grenoble, Ecole Supérieure TNBA, Atelier Volant TNT…)

4 commentaires:

  1. Et le changement te plaît ou tu regrettes Bouillon?

    RépondreSupprimer
  2. Nous aussi on wait and see à d'Avignon. On va avoir Olivier Py comme directeur du festival cette année en 2014.

    RépondreSupprimer

Comments system