mardi 8 octobre 2013

Intermède Owen Martell

Intermède de Owen Martell
Traduction Robert Davreu
Editeur :  Autrement



Présentation de l'éditeur 
 «Scott était stupéfiant - aussi beau à entendre qu'à voir. Bill, d'un autre côté, eh bien, on l'entendait avancer à tâtons. On voyait, en tout cas, la façon dont cela le troublait, la façon dont il se courbait en deux sur le piano, sa tête touchant presque les notes, ses doigts semblables à des tiges de saule se laissant traîner dans le courant.»
Bill, jeune pianiste dont la célébrité commence à dépasser la scène new-yorkaise, est dévasté par la mort de son bassiste, Scott. Ses pas l'entraînent la nuit vers Harlem et ses tentations. Son frère, ses parents tentent de le protéger de cette dérive. Mais c'est comme s'il ne voulait plus qu'on l'aide. Il ne leur reste qu'à veiller sur lui. Inspiré de la vie de Bill Evans (1929-1980), Intermède bouleverse par sa vision romanesque d'une rare intensité. Owen Martell s'y impose avec une force littéraire exceptionnelle.
Né en 1976, Owen Martell a grandi à Pontneddfechan, au Pays de Galles. Il a obtenu le Wales Book of the Year Award pour son premier roman, écrit en gallois. Intermède, écrit en anglais, a fait de lui l'un des jeunes auteurs britanniques les plus remarqués



Mon petit mot
New-York, Harlem, la Floride, le jazz, les années 60, tels sont les cadres de cette ode musicale bien construite qui nous emmène sur les traces d'un pianiste mythique. Nous sommes en 1961, Bill Evans (1929-1980) commence à être un pianiste connu et reconnu.Depuis 1959, il formait un trio régulier avec le contrebassiste Scott LaFaro et le batteur Paul Motian . Ils ont enregistré ensemble quatre disques : Portrait in jazz, Explorations , Waltz for Debby et Sunday at the Village Vanguard.
Entre biographie et roman, il s'agit d'un instant, terrible (la mort accidentelle de son ami le bassiste Scott LaFaro) et des répercussions qu'il va avoir sur le pianiste qui va mettre sa carrière entre parenthèses le temps de se reconstruire. Une traversée du désert de plusieurs mois, qui est le centre de ce roman.
Cette phase est racontée à travers 4 personnages : le frère du pianiste d'abord, ses parents, puis lui-même. Le point de vue familial prédomine donc : comment le pianiste virtuose trouve-t-il sa place dans la fratrie? Comment sa célébrité est-elle perçue par son  entourage? Comment eux-même se positionnent-ils par rapport à lui? Le protéger. Se reconstruire, eux, par rapport à lui. Les rapports dans le couple des parents également.
Et puis il y a ce deuil difficile, les tentations sombre, la communication difficile. Comment un aider un proche dans une situation de deuil? Peu de mots entre les personnages, mais des émotions, du ressenti, la description de petits gestes, de petits faits du quotidien, et la musique omniprésente, la musique du quotidien, les bruits du quartier, de la maison, et le piano bien sûr, le jazz ou encore Petrouchka, de Stravinsky....
Bref, un petit livre idéal pour faire une pause à notre tour...

A lire en musique bien entendu en écoutant l'un ou l'autre de ces quatre albums enregistrés avec Scott LaFaro

et aussi avec ce morceau qui a une importance particulière dans le récit

Une lecture rendue possible par l'opération Dialogues croisés, un grand merci, et qui entre dans le cadre de plusieurs challenges : rentrée littéraire 2013, des mots et des notes et voisins-voisines. 


4 commentaires:

  1. Cela n'a pas l'air gai, mais l'idée est originale. Merci pr une belle idée de cadeau à un amateur de jazz ;)

    RépondreSupprimer
  2. Ah zut je l'ai eu e main et l'ai reposé. Il aura sa chance une autre fois !

    RépondreSupprimer
  3. si tu as l'occasion, n'hésite pas, c'est sympa!

    RépondreSupprimer

Comments system