mercredi 18 septembre 2013

Pietra viva Léonor de Recondo

Pietra viva de Léonor de Recondo
Editeur : Sabine Wespieser (29 août 2013)

Présentation de l'éditeur
Michelangelo, en ce printemps 1505, quitte Rome bouleversé. Il vient de découvrir sans vie le corps d'Andrea, le jeune moine dont la beauté lumineuse le fascinait. Il part choisir à Carrare les marbres du tombeau que le pape Jules II lui a commandé. Pendant six mois, cet artiste de trente ans déjà, à qui sa pietà a valu gloire et renommée, va vivre au rythme de la carrière, sélectionnant les meilleurs blocs, les négociant, organisant leur transport. Sa capacité à discerner la moindre veine dans la montagne a tôt fait de lui gagner la confiance des tailleurs de pierre. Lors de ses soirées solitaires à l'auberge, avec pour seule compagnie le petit livre de Pétrarque que lui a offert Lorenzo de Medici et la bible d'Andrea, il ne cesse d'interroger le mystère de la mort du moine, tout à son désir impétueux de capturer dans la pierre sa beauté terrestre. Au fil des jours, le sculpteur arrogant et tourmenté, que rien ne doit détourner de son oeuvre, se laisse pourtant approcher : par ses compagnons les carriers, par la folie douce de Cavallino, mais aussi par Michele, un enfant de six ans dont la mère vient de mourir. La naïveté et l'affection du petit garçon feront resurgir les souvenirs les plus enfouis de Michelangelo. Parce qu'enfin il s'abandonne à ses émotions, son séjour à Carrare, au coeur d'une nature exubérante, va marquer une transformation profonde dans son oeuvre. Il retrouvera désormais ceux qu'il a aimés dans la matière vive du marbre.
Née en 1976, Léonor de Récondo vit à Paris. Violoniste baroque, elle se produit avec de nombreuses formations, et avec L’Yriade, ensemble de musique qu’elle a fondé en 2004. Elle a également enregistré des CD et des DVD. Rêves oubliés (Sabine Wespieser éditeur, janvier 2012), régulièrement réimprimé depuis sa parution, a révélé une romancière exigeante dont la phrase juste et précise conduit le lecteur au plus près de ses émotions.


Le début
La lumière entre par les fenêtres en ogives. Michelangelo joue avec les particules de poussière qui, projetées par le faisceau lumineux, viennent se cogner contre la table en marbre. Les mains agiles du sculpteur passent de l'ombre à la clarté sans se lasser. Il attend. Frère Guido est venu le chercher dans la matinée en lui disant que l'un des leurs était mort et que le supérieur lui permettait de l'ouvrir. Guido n'emploie jamais le mot «disséquer». Par respect, dit-il, pour le trépassé, mais aussi pour les vivants qui se doivent de l'étudier avec religiosité.
carrières de marbre Carrare


Mon petit mot
L'Italie... la Renaissance... Florence.... je partais avec beaucoup d'a priori positifs sur ce roman, et je n'ai pas été déçue! Nous suivons  Michelangelo Buonarroti, dit Michel-Ange de Rome à Carrare, à la recherche des blocs de marbre qui vont lui permettre de sculpter le tombeau du pape Jules II, mais surtout sur les traces de son propre passé et de sa mère disparue lorsqu'il était enfant.
Des rencontres, avec un enfant, avec un "fou" qui va lui ouvrir les yeux, la nature qui fait ressurgir des souvenirs, olfactifs, de couleurs... nous assistons au "réveil" de l'homme et ces petites touches font jaillir de nombreuses images. La Toscane, le marbre blanc sur la montagne verte, les couleurs du lever et du soleil couchant, c'est un joli voyage qui nous est offert en prime.
Entre vers de Petrarque et évangiles, entre évocation de plusieurs oeuvres de l'artiste et travail des tailleurs de pierre extrayant le marbre des carrières, nous plongeons dans la Renaissance mais surtout dans l'âme de l'artiste. Ses interrogations sur lui-même, son enfance, ses souvenirs enfouis, la communication difficile avec son entourage, sur le sens de l'art même, sur le sens de la sculpture, est-ce la pierre qui se fait chair, ou la chair qui se fait pierre? sur ses rapports aux autres, sur le monde qui l'entoure...  Amour, poésie et art, une belle partition littéraire!
Et qui donne envie en prime de repartir à Florence ou à Rome revoir d'un œil nouveau les œuvres de l'artiste!
C'est avec cette oeuvre que je découvre cette auteure et je pense que d'ici quelques temps je me plongerai dans un autre de ces titres, peut-être Rêves oubliés...


Le tombeau de Jules II tel qu'il fut finalement achevé, avec seulement 2 étages contre les 3 prévus au départ.
Le premier auquel appartenaient les statues des Esclaves représentait le monde terrestre. L'étage supérieur, dédié au monde céleste, était illustré par des figures saintes dont le Moïse est une des rares figures réalisées.



Un livre lu grâce à l'opération la Voix des indés, un grand merci à eux et à l'éditeur pour cette découverte! Une lecture pour le chalenge de rentrée littéraire 2013 
<

20 commentaires:

  1. je note, je crois que cela va m'intéresser et j'aime beaucoup les livres de cet éditeur (l'objet livre est beau)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que cela compte aussi! j'ai vraiment beaucoup aimé!

      Supprimer
  2. C'est un livre que j'ai noté, j'avais bien aimé Rêves oubliés.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. une lecture que j'ai beaucoup appréciée!

      Supprimer
  3. Rêves oubliés, c'est très bien !

    RépondreSupprimer
  4. C'est un des rares livres de la rentrée littéraire qui m'intéresse. Je l'ai demandé pour les matchs de la rentrée Price Minister, j'espère que je serai choisi parce que tu écris me tente beaucoup. Merci pour ta participation !

    RépondreSupprimer
  5. Je ne connaissais pas cet auteur qui a ses fans apparemment. Les livres avec Michel-Ange ne sont pas si fréquents, c'est intéressant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. et la plongée dans les carrières de marbre, très intéressante!

      Supprimer
  6. Il est dans ma liste de la rentrée. Son précédent (à la bibli) me tente moins. Evidemment, le côté violoniste baroque de l'auteur ne peut que me plaire. ^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à lire en musique d'ailleurs, pourquoi pas!

      Supprimer
  7. 9a a l'air très bien.
    Peut-être à lire en écoutant " Il Penseroso" de Liszt (Années de Pélerinage) inspiré par le tombeau de Laurent de Médicis de Michelange.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet cela ferait un bel accompagnement, merci pour l'idée!

      Supprimer
  8. Jamais lu l'auteur mais l'Italie et Michel Ange emportent le choix
    Je suppose qu'il sera à la bibliothèque

    RépondreSupprimer
  9. J'ai également été séduite par cette découverte de l'intimité, de la spiritualité de l'artiste. C'est fin, bien écrit : un régal !

    RépondreSupprimer
  10. une des belles découvertes de cette rentrée littéraire!

    RépondreSupprimer
  11. Pour ma part, j'ai trouvé le style aussi froid que du marbre...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. avec le recul, j'ai préféré Amours, de la même auteure!

      Supprimer

Comments system