lundi 30 septembre 2013

La vie à côté Mariapia Veladiano

La vie à côté de Mariapia Veladiano

La cosmopolite Stock
La vita accanto Traducteur : Catherine Pierre-Bon
21/08/2013

Présentation de l'éditeur
Rebecca est laide. Extrêmement laide. Elle vit, avec prudence et en silence, dans une magnifique maison au bord d’un fleuve, aux côtés d’un père, médecin trop absent, et d’une mère qui « a pris le deuil à sa naissance ». Rebecca se tient elle aussi hors du monde, enfermée pour ne pas être blessée, élevée par la sainte et tragique servante Maddalena qui la protège. C’est sans compter sur l’impétueuse tante Erminia, qui décide de l’initier au piano, et qui cache pourtant des sentiments moins nobles. Mais Rebecca est douée et va concentrer sa vie entière dans ses mains, parfaites. La rencontre avec la Signora De Lellis, musicienne réputée et détentrice d’un secret de famille, le confirme : une autre vie est possible, un autre langage, une vie à côté.
Avec la légèreté et la férocité d’une fable, La vie à côté brosse le portrait d’une famille corrompue par le mensonge et les tabous. Mariapia Veladiano comble le silence et les bruits étouffés en donnant voix à la différence.
Après des études de philosophie et théologie, Mariapia Veladiano est aujourd’hui professeur de lettres à Vicenza.


Le début
Une femme laide n'a pas le recul nécessaire pour raconter sa propre histoire. Il lui manque une vision d'ensemble. Une certaine objectivité. Elle la raconte de l'angle où la vie l'a contrainte, par la brèche que la peur et la honte n'ont laissée entrouverte que pour pouvoir respirer, pour ne pas mourir.
Une femme laide est incapable d'exprimer ses propres désirs. Elle ne connaît que ceux qu'elle peut se permettre. En toute honnêteté, elle est incapable de dire si elle préférerait une robe moulante rouge carmin, au décolleté de velours, à la robe bleue, parfaitement passe-partout qu'elle porte lorsqu'elle va au théâtre - ce théâtre où elle choisit systématiquement le dernier rang, arrivant à la dernière minute, juste avant que l'on n'éteigne les lumières, et toujours en hiver, pour mieux se cacher sous son chapeau et son écharpe.

Mon petit mot
Un portrait, un parcours, une éclosion.
Le vilain petit canard qui prend son envol, qui s'adapte, qui tombe, qui renait.
Des ennemis, tant par les actes que par les non-actes justement. Des mensonges. Des secrets. De rares amis. Et la musique. Un piano pour grandir pour l'une, le chant et Schubert pour l'autre.
Et puis l'Italie, Vicence, l'eau...
Bref, un conte moderne musical qui me donne encore plus envie de découvrir cette ville de Vicence qui fait partie de ma liste de voyages "à faire".
Merci à Mirontaine pour cette découverte!


vicence en photos

Dans le cadre des challenges

8 commentaires:

  1. Aurait-on la même libraire ? Il y a 10 jours je lisais ton billet sur Piedra viva et le soir même, le livre m'étais vanté par ma libraire et donc je l'ai acheté, lu (billet à venir). Et le même soir j'achetai La Vie à côté, je l'ai fini hier dimanche (billet pour demain) et comme toi je l'ai trouvé très beau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. en effet, on se suit! et deux belles lectures!

      Supprimer
  2. Argali avait déjà été intéressée par ce premier roman aussi ! Belle triplette ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Ce n’est pas un coup de cœur mais un récit touchant que j’ai pris plaisir à lire.

    RépondreSupprimer
  4. Un livre que je note tout de suite !
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  5. j'espère qu'il te plaira! bonne soirée!

    RépondreSupprimer

Comments system