lundi 29 juillet 2013

Colorature Agnès Bove et Grégori Baquet


Théâtre "Le Chien qui fume" - 12h25 - Colorature

Présentation du spectacle :
 Florence Foster Jenkins, la soprano qui chantait divinement faux
New-York 1930. Florence Foster Jenkins, riche héritière américaine, s'improvise soprano colorature en massacre les plus fameux airs d'opéra autant par la fausseté de sa voix que par ses fantaisies rythmiques.
Des années plus tard, au piano d'un club de jazz en vogue, Cosme Mac Moon, son accompagnateur, nous fait revivre les souvenirs à la fois hilarants et bouleversants des 12 années de leur étonnante collaboration et cette incroyable ascension vers une célébrité dérisoire qui les mènera ensemble jusqu'au prestigieux Carnegie Hall.Près de 70 ans après sa disparition, la soprano qui chantait divinement faux reste un personnage culte. Elle a inspiré plusieurs spectacles, ses enregistrements sont régulièrement réédités. Elle aurait aussi servi de modèle à Hergé pour sa célèbre Castafiore dans les aventures de Tintin.

De : Stephen Temperley

Texte français : Stéphane Laporte

Mise en scène : Agnès Boury

Avec : Agnès Bove et Grégori Baquet, Coralie Di Blasi

Lumière : Laurent Béal
Costumes : Eymeric François

Décor : Claude Plet
Spectacle SNES


Mon petit mot:
Un spectacle à la fois drôle et touchant ,d'autant plus qu'il est inspiré d'une histoire vraie. La force de conviction de cette femme, sa détermination, sa mauvaise fois, la part ... ou non... de lucidité sur ses capacités et sur la véréité des réactions du public, ce que permet l'argent... Un personnage touchant, auquel, comme son pianiste, on s'attache. L'évolution des réactions de son pianiste accompagnateur à son égard, son rapport à sa propre carrière de musicien et de compositeur... une tendresse qui émane de leur duo improbable entre deux répliques bien senties.
Et non seulement elle chantait, mais elle créait également ses robes, ce que le spectacle évoque aussi dans sa dernière partie (le fameux concert à Carnegie).
Les deux interprètes sont parfaits dans leurs rôles, Agnès Bove chante divinement faux, jusqu'au final, moment d'émotion, et de "vraie" musique. 


Pour écouter la vraie Florence Foster Jenkins dans la Reine de la nuit

Pour retrouver l'ensemble de mes articles sur ce festival d'Avignon off 2013:
Kiss Richard Marc Citti William Shakespeare
 
 
 
 
 
Les mangeurs de Lapin remettent le couvert
  
La pitié dangereuse
 
 
 
 
 




Lyric Hispanic
Qui es-tu Fritz Haber ?  Claude Cohen  Isabelle Andréani, Xavier Lemaire
 
 
crue et nue Eva Darlan
Sindbâd, Céline Sorin, festival Avignon

Sindbâd, Céline Sorin, festival AvignonSindbâd, Céline Sorin, festival Avignon

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Comments system