samedi 18 mai 2013

l'aiglon opéra de Tours Séchaye Ossonce Auphan

«L'Aiglon» de Jacques Ibert et Arthur Honegger

Livret d'après la pièce d'E. Rostand, adaptée par H. Cain
Le Duc de Reichstadt Carine Séchaye
Séraphin Flambeau Marc Barrard
Le prince de Metternich Franco Pomponi
Le maréchal Marmont Benoît Capt
Frédéric de Gentz Michael Chapeau
L’attaché militaire français Florian Cafiero
Le chevalier de Prokesch-Osten Ronan Nedelec
Thérèse de Lorget Cloé Chaume
Marie-Louise duchesse de Parme Marie Karall
La comtesse Camerata Julie Girerd
Fanny Elssler Katarina Simon


Orchestre de Chambre de Lausanne
Chœur de l’Opéra de Lausanne dirigé par Véronique Carrot

Direction musicale : Jean-Yves Ossonce
Mise en scène Renée Auphan,
D’après la production de Patrice Caurier et Moshe Leiser
Décors : C. Fenouillat
Costumes A. Cavalca Ruiz

L'aiglon et Metternich (Franco Pomponi)
Quelle belle fin de saison au grand théâtre de Tours!
J'avais déjà brièvement évoquée cette production à l'occasion de la journée portes ouvertes à l'opéra où nous avions pu assister à trois répétitions de cette œuvre : orchestre, mise en scène et chant, une sorte de découverte en "kit", qui laissait présager le meilleur pour la suite, et effectivement, le spectacle final fut à la hauteur!
Voix, diction en français, jeu des chanteurs, décors, costumes, mise en scène, musique, rien à dire, à part, bravo !

 Bref, il reste deux représentations, dimanche et mardi, si vous avez l'occasion, n'hésitez pas!

Pour info : la saison 2013-2014 du grand théâtre opéra de Tours :programmation saison prochaine

Un spectacle en provenance de Lausanne avec une distribution identique en partie et la direction de Jean-Yves Ossonce dans les deux cas : http://www.forum-opera.ch/actualitesplushonegger.html#suite


Le final de chaque acte est particulièrement fort, crescendo et émotion au programme , portée par une Carine Séchaye tout autant comédienne que chanteuse, parfaitement bien entourée, efficace!
Et un spectacle qui donne également aussi envie de se replonger dans les livres d'histoire, autour de ce jeune Aiglon au destin tragique .




Et on ne peut bien sûr pas ne pas évoquer la création de la pièce avec Sarah Bernhardt dans le rôle titre :
L'Aiglon est un drame d'Edmond Rostand représenté pour la première fois à Paris, au Théâtre Sarah Bernhardt, en 1900.
 .



Théâtre Sarah Bernhardt, 15 mars 1900
  • Franz, duc de Reichstadt : Sarah Bernhardt
  • Séraphin Flambeau : Lucien Guitry
  • Le prince de Metternich : André Calmettes

et la voix si particulière de celle qui avait interprété l'Aiglon au théâtre en 1910

une série de cartes postales éditées pour l'occasion (dossier très riche sur gallica)



6 commentaires:

  1. Ah ben ça alors, j'avoue que je n'aurais pas eu envie, a priori, d'aller voir un opéra d' Ibert et Honegger. Peur de m'ennuyer : or, d'après ce que tu en dis, c'était émouvant et fort agréable. J'imagine que d'avoir assisté aux répétitions t'a aidée à mieux apprécier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que c'est un vrai plus ces répétitions publiques! Quand au résultat final, je crois bien que c'est ce spectacle qui aura mon coup de cœur cette saison pour l'opéra de tours, une vraie réussite!

      Supprimer
  2. Merci pour ton billet complet, je ne savais pas que c'était déjà passé à Lausanne, et que Sarah Bernhard fut L'aiglon. J'ajouterai qu'on sentait bien que le livret de l'opéra était porté par un bon texte (Rostand!). En dépit d'une mauvaise place (eh oui) le spectacle était si prenant que vraiment j'ai passé une excellente soirée. Des sièges restaient vides, dommage, car cela valait le coup d'assister à cet opéra assez rare, non?
    L'année prochaine Tours propose quelques opéras "poids lourds" (Don Giovanni, Carmen) mais demeure fidèle à une politique originale, ça j'aime, présentant des opéras moins joués.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai que nous avons beaucoup de chance à Tours de pouvoir découvrir ce genre d’œuvres rares entre deux "tubes", et quand la qualité est au rendez-vous comme hier soir, c'est vraiment agréable!

      Supprimer
  3. Limoges a aussi de bons choix, cette saison Wozzeck (pas vu) et Fra Diavolo (sympa!).Comme à Tours, bonne mise en scène et orchestre. Oui, ça compte, car j'ai vu des opéras à la mise en scène platouille, et franchement, ça gâche la fête!(non, pas de noms ^_^)(ni tours ni Limoges de toute façon)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ou parfois des productions qui quelques mois plus tard n'ont laissé aucun souvenir! plus une image en tête... assez révélateur!

      Supprimer

Comments system