jeudi 8 novembre 2012

Musique absolue, une répétition avec Carlos Kleiber Bruno Le Maire

Présentation

Musique absolue, une répétition avec Carlos Kleiber sur Dialogues

«Tandis que lui avait du génie. Faites un effort! Mettez-vous cela dans le crâne! Ou sinon, mieux vaut arrêter notre entretien tout de suite. Je n'ai plus l'âge de répéter quinze fois les mêmes choses. Vous me rebattez les oreilles avec les autres chefs. Depuis une heure, vous me les citez tous comme si je ne les connaissais pas : sachez que je les connais, je les connais cent fois mieux que vous, ils ont dirigé à deux mètres de mon pupitre, je les observais de biais. Je leur devais obéissance. Oui, je veux bien, ils ont un petit talent, ils savent faire. Mais lui seul avait du génie.»

L'auteur
Ancien ministre de l'agriculture, essayiste, Bruno Le Maire a déjà publié aux Éditions Gallimard Sans mémoire le présent se vide (collection blanche, 2010). Musique absolue est son premier roman. Un portrait du chef d'orchestre Carlos Kleiber, qui est aussi une réflexion sur la musique, le système, l'Europe, les nations, le génie des hommes et le génie des peuples.

Le début de Musique absolue, une répétition avec Carlos Kleiber

Je montai le volume pour couvrir le bruit des essuie-glaces. On aurait dit que le chef dirigeait avec une hache au bout du bras. Il cognait dans la musique, levait son bras, abattait son bras, cognait, cognait encore, et la musique allait son chemin et lui la faisait aller plus loin encore. Plus il tranchait dans la musique, plus elle reprenait de vigueur

Mon avis

Un violoniste  raconte à un journaliste français la vie de Carlos Kleiber, sa façon de travailler, son exigence, ses recherches, ses doutes, son manque de confiance en lui, la maladie, la vieillesse... Roman? Pages biographiques consacrées au célèbre chef d'orchestre autrichien? Réflexions sur les dirigeants, qu'ils soient d'un orchestre ou d'un pays? Relations entre la France et l'Allemagne? Un peu tout cela finalement, et autant le dernier livre lu m'avait semblé un peu trop long ( une place à prendre) autant là, j'aurais eu envie d'en apprendre plus sur ce chef d'orchestre fascinant. Je reste un peu sur ma faim, le portrait est bien esquissé, les rapports avec son père, avec l'histoire de l'Allemagne, le monde des orchestres, le rapport chef - orchestre, le déroulement des répétitions... tant de choses pour lesquelles j'ai eu envie de dire "encore"!
Beethoven est aussi évoqué, et l'histoire de sa Lettre à Thérèse devenue Lettre à Elise, mais aussi les rapports au public, un concert du nouvel an à Vienne...


Ce livre donne envie en tout cas de réécouter certains enregistrements de Kleiber,  en cela l'objectif est parfaitement atteint, en particulier ses symphonies de Beethoven dont la Pastorale qui a bouleversé Bruno Le Maire, mais aussi pourquoi pas sa Traviata de Verdi , son Tristan de Wagner... 


Carlos Kleiber, fils du chef d’orchestre autrichien Erich Kleiber, est né à Berlin le 3 juillet 1930, et mort à Konjšica en Slovénie le 13 juillet 2004, discret, donnant peu d'interview, voyageant peu mais répétant beaucoup, Kleiber était un chef assez insaisissable.

J'aurais tendance à vous conseiller de plonger dans les DVD ou enregistrements du chef pour compléter cette lecture :




Lu dans le cadre de l'opération dialogues croisés, un grand merci à la librairie Dialogues et à l'éditeur pour cette belle opportunité de lecture 

et dans le cadre des challenge de la rentrée littéraire


mais aussi
ce qui allonge ma liste de lecture rentrée littéraire, 5ème lu, la pile à lire diminue, et l'objectif des 7 approche à grands pas!
Et pour le moment, c'est L'amour commence en hiver qui reste mon coup de cœur entre ces 5 lectures!

2 commentaires:

  1. Ce premier roman est sélectionné pour le Prix Première, je le lirai dans les jours à venir !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'espère qu'il te plaira! Bonne soirée!

      Supprimer

Comments system