mercredi 10 octobre 2012

Le Parfum Patrick Süskind

Le Parfum, Histoire d'un meurtrier de Patrick Süskind


Un livre que j'avais envie de lire depuis longtemps, envie qui s'était renforcée au moment de la sortie du film (que je n'ai pas vu) et puis le temps avait passé, et c'est enfin chose faite!
Le parfum

Présentation du livre:
L'histoire se situe au XVIIIe siècle et nous entraîne de Paris, en Auvergne, à Montpellier, et à Grasse.
Le Parfum raconte la vie de Jean-Baptiste Grenouille, qui possède un odorat extrêmement développé. Il a aussi une excellente mémoire olfactive et va devenir créateur de parfum, dont l'un, exceptionnel, créé à partir d'odeurs humaines en assassinant 25 jeunes filles vierges.

Citation
Au XVIIIe siècle vécut en France un homme qui compta parmi les personnages les plus géniaux et les plus horribles de son époque. Il s'appelait Jean-Baptiste Grenouille. Sa naissance, son enfance furent épouvantables et tout autre que lui n'aurait pas survécu. Mais Grenouille n'avait besoin que d'un minimum de nourriture et de vêtements, et son âme n'avait besoin de rien. Or ce monstre de Grenouille avait un don, ou plutôt un nez unique au monde, et il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l'univers, car " qui maîtrisait les odeurs maîtrisait le cœur des hommes ".

Mon avis : 
Il y a d'abord l'histoire d'un enfant qui traverse des drames terribles, (sa mère accusée d'infanticide est condamnée à mort, ses nourrices le rejettent, il tombe malade..)  , comment va-t-il survivre à tout cela, comment va-t-il se construire, comment va-t-il sombrer à son tour... Violence, folie... on suit le héros dans sa métamorphose en monstre...
Il y a la plongée dans une époque ensuite, avec cette merveilleuse entrée que sont les odeurs... Mieux qu'un cours d'histoire, nous voilà tout à coup dans les rues, les marchés d'un XVIII ème siècle que l'on redécouvre sous un jour nouveau... L'écriture est tellement précise que l'on a véritablement l'impression de sentir les odeurs décrites, jusqu'à l’écœurement.
Les secrets aussi des fabrications des parfums, de la distillation... J'avais visité il y a quelques années une usine de parfumerie à Grasse, m'y voilà replongée.
Au Moyen Age, Grasse était une ville de tanneurs : la présence de nombreux cours d’eau et de plantes aromatiques a conduit certains tanneurs à se spécialiser dans la tannerie fine et la ganterie parfumée. A partir du XVIIIe siècle, ils abandonnent progressivement la tannerie au profit de la fabrication des parfums. En 1850, les parfumeries de Grasse emploient plus de 400 ouvriers. Le jasmin, la rose et la tubéreuse, principales sources de parfums naturels, sont alors intensément cultivés tout autour de Grasse. L’extraction des parfums est effectuée successivement par enfleurage à froid, macération, distillation à la vapeur et par dissolvant volatileparfum-grasse

Et puis il y a ce que nous évoquent ces fameux parfums, un livre qui nous renvoie à notre propre odorat, qui a fait remonter des souvenirs olfactifs personnels...

Bref , un roman à part, étrange, j'avoue ne pas avoir été emballée par le fin, mais je suis contente d'avoir enfin lu ce livre! Mais je garderai pour le moment comme "top" de Patrick Süskind sa  pièce de théâtre, La Contrebasse.

La couverture du Parfum
 Sur l'édition poche, la couverture du Parfum reprend un détail du tableau Jupiter et Antiope, d'Antoine Watteau (1684-1721)
Jupiter et Antiope, d'Antoine Watteau Musée du Louvre

Le parfum à Grasse au XVIII et XIX

Pour en savoir plus sur l'histoire du parfum à Grasse (et tout comprendre des termes techniques utilisés dans le roman), je vous conseille ce site :musees de grasse


Un livre lu dans le cadre du challenge
Challenge roman culte

Mes lectures dans le cadre de ce challenge

8 commentaires:

  1. Ce livre m'a redonné le goût à la lecture en 3e. J'avais comme toi été emportée par l'écriture qui retransmet les odeurs de façon si précise que je pouvais les sentir. J'avais aussi aimé la contrebasse mais sans retrouver cette ambiance qui m'avait tant plu dans le parfum

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai commencé par la Contrebasse, ceci explique peut-être cela! Sans doute aussi le fait que Jacques Villeret l'est repris sur scène, et qu'il était de ma région
      Bonne soirée!

      Supprimer
  2. Superbe chronique !
    Ce fut une belle LC et je comprends ta réticence quant à la fin !
    Hâte d'avoir ton avis sur ma chronique : http://globe-lecteur.blogspot.fr/2012/08/le-parfum-patrick-suskind-lc.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je vais lire ça, merci du passage ici!

      Supprimer
  3. Je n'avais pas beaucoup aimé ce roman, qui m'avait mis mal à l'aise, surtout dans la deuxième partie.Il était tellement encensé à sa sortie, je crois que j'en attendais quelque chose de moins glauque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. c'est vrai qu'il y a des pages plutôt hard! je savais à quoi m'attendre d'après les avis lus ici ou là, donc pas de surprise, mais je comprends que cela puisse susciter un certain malaise!
      Bonne journée!

      Supprimer
  4. J'ai également donné mon avis ici :

    http://redacteurweb.eklablog.com/suskind-patrick-le-parfum-a97313771

    mais suis passée par livraddict pour voir ton avis

    amicalement,
    christelle dite cricket

    RépondreSupprimer

Comments system