vendredi 21 septembre 2012

David Lodge Un tout petit monde

David Lodge , né en  1935 dans le sud de Londres, est un universitaire spécialiste de littérature et un écrivain britannique.
De 1967 à 1987, il poursuit sa carrière universitaire à l'université de Birmingham, devenant Professeur de Littérature anglaise en 1976, tout en écrivant de nombreux autres essais et romans. En 1969, il passe six mois comme « Professeur associé » à l'université de Berkeley. Plusieurs de ses romans dépeignent avec ironie les milieux universitaires (Changement de décor, Un tout petit monde, Jeu de société,) autour d'une université fictive des Midlands, « Rummidge », avec des personnages récurrents, notamment le professeur américain Morris Zapp, qui aspire à être « le prof de Lettres le mieux payé du monde » et ses homologues britanniques plus modestes sur le plan économique.

Présentation :

Où sont les campus d'antan où des professeurs de lettres besogneux erraient comme des âmes en peine entre les salles de cours, la bibliothèque et la salle des professeurs, l'intelligence en jachère, le coeur en sommeil ? Le jumbo-jet, les médias ont changé tout cela, arrachant les universitaires d'aujourd'hui à leur solitude, les amenant à communiquer avec de lointains collèges à l'autre bout du monde. L'ère du campus global est arrivée et ses liturgies favorites sont les congrès. Celui de Rummidge, par exemple, où nous retrouvons notre veille connaissance, Philip Swallow (Jeu de société et Changement de décor), ainsi que le bouillant Américain Morris Zapp. On notera la présence de deux jeunes universitaires brillants, la ravissante Angelica Pabst, dont tout le monde cherche à s'attirer les bonnes grâces, et le naïf Persse McGarrigle, un jeune poète irlandais qui n'a jamais entendu parler de structuralisme et qui compte bien sur elle pour l'initier ! Les innombrables professeurs de littérature anglaise qui peuplent ce roman ne cherchent pas tant à satisfaire leur soif de savoir qu'à assouvir leur immense besoin d'amour. Sous la baguette de David Lodge, la littérature est le prétexte de rencontres hilarantes, et la planète se rétrécit comme par magie pour devenir une sorte de grand livre, peut-être cette anthologie de tous les livres dont rêvait Borges dans "La Bibliothèque de Babel. "Irrésistible de drôlerie, réaliste jusqu'à la crudité, le livre de David Lodge est surtout délicieusement mais parfaitement méchant comme savent l'être les oeuvres des grands moralistes..." (Patrick Raynal, Le Monde)

Le début d'Un tout petit monde: 

Lorsque avril, avec ses douces ondées, a transpercé la croûte sèche de mars jusqu'à la racine et empli toutes les veines de la terre de ce liquide vital qui donne naissance aux fleurs; lorsque le zéphyr, lui aussi, de son souffle suave, a insufflé la vie aux nouvelles pousses tendres, partout dans les taillis et sur les landes, que le jeune soleil a franchi la moitié de son parcours dans le signe du Bélier, et que les petits oiseaux qui dorment toute la nuit les yeux ouverts poussent leur chant (le chant que la Nature inspire à leur cœur), c'est alors, comme l'a fait observer le poète Geoffrey Chaucer il y a bien des années, que les gens éprouvent le besoin de partir en pèlerinage. Sauf que de nos jours, dans les milieux professionnels, on appelle cela plutôt des congrès.

Mon avis:

Un tout petit monde  avec de nombreux personnages en quête de leur Graal (amour, sexe,  argent, reconnaissance...)  est un roman très dense. De nombreux personnages se croisent, difficile parfois de ne pas perdre le fil, et si comme moi, vous vous y perdez parfois, cette page reprend qui est qui! (Un_tout_petit_monde)
La vision du monde universitaire, des colloques et autres voyages professionnels, sans parler de celle des aéroports, mêle humour et constats féroces, quelques réflexions sur la littérature anglaises en prime.
 Les nombreux rebondissements plus improbables les uns que les autres maintiennent l'attention du lecteur en dépit de ce foisonnement de protagonistes! Je me suis tout particulièrement attachée à la quête de Persse McGarrigle et aux épisodes compliqués de la vie de Philip Swallow. Des scènes très drôles (sèche-linge et taxi, le lapin posé par Angelica à ses deux soupirants se retrouvant dans la même chambre,...) , bref, un peu difficile à suivre parfois, mais on garde le sourire aux lèvres tout de même!



Lu dans le cadre du Challenge :  cartable et tableau noir

6 commentaires:

  1. Du pur Lodge ! Je vais me dépêcher de le lire. :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira! Bonne soirée!

      Supprimer
  2. connais pas mais il l'air vraiment sympa je l'ajoute à ma petite liste d'envie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a toute une série sur le monde des universités, un bon moment de lecture!

      Supprimer
  3. Je crois bien que je ne l'ai pas lu celui-ci. J'ai lu "jeu de société" et un autre mais je ne sais plus lequel, cela remonte à plusieurs années. Enfin bref, tout ça pour dire que j'aime beaucoup l'humour de Lodge, et qu'effectivement il est idéal pour le challenge.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A priori cela semble être dans la même veine que "Jeu de société", que je lirais peut-être dans quelques temps pour retrouver cette ambiance!

      Supprimer

Comments system