mardi 28 août 2012

No et moi Delphine De Vigan

Après les heures souterraines et rien ne s'oppose à la nuit, j'avais envie de continuer un bout de chemin avec Delphine de Vigan  et No et moi

Présentation de l'éditeur
Lou Bertignac a 13 ans, un QI de 160 et des questions plein la tête. Les yeux grand ouverts, elle observe les gens, collectionne les mots, se livre à des expériences domestiques et dévore les encyclopédies.
Enfant unique d’une famille en déséquilibre, entre une mère brisée et un père champion de la bonne humeur feinte, dans l’obscurité d’un appartement dont les rideaux restent tirés, Lou invente des théories pour apprivoiser le monde. A la gare d’Austerlitz, elle rencontre No, une jeune fille SDF à peine plus âgée qu’elle.
No, son visage fatigué, ses vêtements sales, son silence. No, privée d’amour, rebelle, sauvage.
No dont l’errance et la solitude questionnent le monde.
Des hommes et des femmes dorment dans la rue, font la queue pour un repas chaud, marchent pour ne pas mourir de froid. « Les choses sont ce qu’elles sont ». Voilà ce dont il faudrait se contenter pour expliquer la violence qui nous entoure. Ce qu’il faudrait admettre. Mais Lou voudrait que les choses soient autrement. Que la terre change de sens, que la réalité ressemble aux affiches du métro, que chacun trouve sa place. Alors elle décide de sauver No, de lui donner un toit, une famille, se lance dans une expérience de grande envergure menée contre le destin. Envers et contre tous.
Roman d’apprentissage, No et moi est un rêve d’adolescence soumis à l’épreuve du réel. Un regard d’enfant précoce, naïf et lucide, posé sur la misère du monde. Un regard de petite fille grandie trop vite, sombre et fantaisiste.Un regard sur ce qui nous porte et ce qui nous manque, à jamais.
Prix des Libraires 2008
 
Mon avis : Des choses terribles dites d'une façon si légère... On ne tombe pas dans le pathos, le côté moralisateur, cela reste très léger, avec des descriptions, des réflexions, des formules qui restent en mémoire.... Et puis les personnages des mères, la violence que l'on devine à demi-mot, des mots qui ne sont pas employés mais qui apparaissent bien dans l'esprit du lecteur...

 
Quelques extraits

No et moi - Delphine De Vigan

« On est capable d’envoyer des avions supersoniques et des fusées dans l’espace, d’identifier un criminel à partir d’une minuscule particule de peau, de créer une tomate qui reste trois semaines au réfrigérateur sans prendre une ride, de faire tenir dans une puce microscopique des milliards d’informations. On est capable de laisser mourir des gens dans la rue. »
« Noël est un mensonge qui réunit les familles autour d’un arbre mort recouvert de lumières, un mensonge tissé de conversations insipides, enfoui sous des kilos de crème au beurre, un mensonge auquel personne ne croit. "
«Et si c'était ça le bonheur, pas même un rêve, pas même une promesse, juste l'instant.»

1 commentaire:

  1. Vous allez passer un bon moment à mon avis
    Je l'avais lu à sa sortie de ces livres que l'on n'oublie pas
    Bonne journée

    RépondreSupprimer

Comments system