jeudi 20 juillet 2017

Quand la guerre sera finie #OFF17 Nouveau ring

De Marie Céline Lachaud – Compositeur : Nicholas Skilbeck
Mise en scène Christophe Luthringer

interprètes : Marie Oppert, Arnaud Denissel, Cloe Horry, Julien Mior, Sophie Delmas, Olivier Ruidavet, Edouard Thiébaut, Matthieu Brugot

Scénographie : Charlotte Villermet
Lumières : Christophe Luthringer
Costumes : Charlotte Villermet
Assistante à la mise en scène : Sophie Tirouflet


Quand la guerre sera finie - Teaser from Acte 2 on Vimeo.

En 1942 entre un cabaret à Paris et Saint-Dizier, six personnages que rien ne destinait à se rencontrer se retrouvent mêlés au sabotage d’un train allemand. Lucile, une jeune secrétaire aux Chemins de Fer, son frère Fanfan, garagiste pétainiste, Gilbert, leur ami, cheminot communiste, Rupert un officier allemand, Nini, sa maitresse, chanteuse de Cabaret, Etienne, son fils mal aimé et Norah, agent de Londres, vont se croiser, s’aimer, se déchirer, se trahir… L’époque est sombre, les héros pas forcément ceux que l’on croit.

Une auteure française et un compositeur anglais ont eu envie de conjuguer leurs univers artistiques pour nous raconter l’histoire de ces personnages ordinaires embarqués dans une histoire qui les dépasse. Le style singulier, à la fois intimiste et épique, se dégage de cette œuvre où les mots laissent la place à la musique quand ils ne suffisent plus à traduire les émotions contradictoires vécues dans cette période bouleversante de notre histoire.

https://www.quandlaguerreserafinie-lemusical.com


Mon petit mot 

Dernier spectacle vu au festival avant de reprendre le train, ou comment terminer en beauté!

Quelles voix! En solo, duo ou tous ensemble, un régal pour les oreilles!


Une superbe distribution, des chanteurs qui sont aussi d'excellents comédiens, un livret qui alterne scènes poignantes et moments plus légers (entre marché noir et cabaret, deux ou trois scènes hilarantes font des pauses bienvenues entre deux beaucoup plus tragiques) , tous les ingrédients sont réunis pour passer un très bon moment.

On croise des personnages à l'état d'esprit bien différent, un panel bien choisi de cette France contrastée de l'occupation. On assiste à leurs rencontres, à l'évolution des pensées des uns, aux égarements des autres... l'attention ne faiblit pas!
Un décor dépouillé, quelques accessoires, il n'en faut pas plus quand l'engagement des interprètes et la musique sont réunis.
Puissant, touchant, un musical de grande qualité, dont on sort ému, avec plusieurs airs qui tournent dans la tête !

Bref, à conseiller sans réserve!







L'autre fille #OFF17 Artéphile

de Annie Ernaux
mise en scène Nadia Rémita
interprétée par Laurence Mongeaud
Scénographie Pierre Pannetier & Nadia Rémita / Lumière Pierre Pannetier

« Elle était plus gentille que celle-là ».
Celle-là c’est elle, Annie Ernaux.
Des mots surpris de la bouche de sa mère l’été de ses 10 ans. Des mots comme des
gifles quand on se croit unique et adorée.
Pour la première fois, Annie Ernaux s’adresse à Ginette, la sœur cachée, la petite sainte.
Avec des phrases courtes et dépouillées, elle brise le secret de famille, s’interroge.
Comment être quitte ? Pourquoi n’avoir rien dit ?
L’écriture sonne comme un uppercut, un coup de tonnerre.
L’adresse est franche et violente : l’incarnation, une évidence.
Sur un fil entre révolte et distance.
Un univers symbolique et contemporain pour un seul en scène intense et percutant.


Mon petit mot

Le festival, c'est aussi l'occasion de s'entendre dire des textes que l'on n'a pas encore pris le temps de lire.
La mise en scène de ce seule en scène fonctionne bien pour porter les mots et la colère de l'auteure face à ce secret de famille.
Des livres, quelques photos, un ingénieux retournement de lettres pour passer d'un mot à l'autre... Une belle plongée dans l'univers de l'auteure!

mercredi 19 juillet 2017

Radieuse vermine de Philip Ridley #OFF17

Interprètes : Joséphine Berry, Louis Bernard, Floriane Andersen
Metteur en Scène : David Mercatali
Assistanat à la mise en scène / Création lumière : Flore Vialet
Costumes : Louise Marchand-Paris
Scénographie : Shawn Soh

Olive et Fleur veulent vous parler de leur maison de rêve ! Les choses qu’ils ont dû faire afin de l’obtenir pourraient vous paraître choquantes. Mais c’est important pour eux que vous compreniez : s'ils ont fait tout ça, c'est pour le bonheur de leur enfant.

Une comédie noire et hilarante, écrite par le « maître du mythe moderne » (Guardian), et auteur mainte fois récompensé Philipe Ridley. Enjouée, provocante, et vicieusement acérée, Radieuse Vermine est une invitation à méditer sur notre soif du matériel, et à ce que nous serions prêts à faire afin de l'assouvir.

Mon petit mot

Vous aimez l'humour noir ?
Le bien trash et totalement immoral ? Ce spectacle est fait pour vous !

Mais au delà d'un côté totalement barré, il y a quelques questions qui méritent d'être posées, autour de ce jamais assez, course aux apparences et matérialisme triomphant.

Les deux comédiens sont convaincants la scène de l'anniversaire en particulier où ils endossent de multiples rôles est assez hilarante !



Intramuros #OFF17 Béliers

Texte et mise en scène Alexis Michalik
Avec Jeanne Arenes, Bernard Blancan, Alice De Lencquesaing, Paul Jeanson, Faycal Safi et Raphaël Charpentier

Tandis que l'orage menace, Richard, un metteur en scène sur le retour, vient dispenser son premier cours de théâtre en centrale. Il espère une forte affluence, qui entraînerait d'autres cours - et d'autres cachets - mais seuls deux détenus se présentent : Kevin, un jeune chien fou, et Ange, la cinquantaine mutique, qui n'est là que pour accompagner son ami. Richard, secondé par une de ses anciennes actrices - accessoirement son ex-femme - et par une assistante sociale inexpérimentée, choisit de donner quand même son cours…



Mon petit mot
On ne présente plus l'auteur et metteur en scène, et une fois encore cela fonctionne fort bien !

Les histoires se croisent, s'entremêlent, finissent par se rejoindre, entre rêve et réalité, théâtre dans le théâtre...

Un cours de théâtre plus vrai que nature, un metteur en scène qui m'a beaucoup fait rire, mais aussi la prison, le parloir, en un déplacement de lit ou de chaises, on change de monde...
Les acteurs ( belle distribution!) endossent de multiples rôles avec talent, et nous entraînent dans leur ronde...

On s'interroge, on sourit, on s'étonne... Une excellente façon de commencer une journée de festival !

Efficace !

mardi 18 juillet 2017

SUR LA ROUTE DE MADISON #OFF17 Chêne noir

De Robert James Waller  Adaptation Didier Caron, Dominique Deschamps
Mise en scène Anne Bouvier
(assistée de Pierre Hélie)
Avec
Clémentine Célarié,
Jean-Pierre Bouvier
Gérald Cesbron

Scénographie Emmanuelle Roy (assistée de Marine Brosse)
Lumière Denis Koransky  Costumes Christine Chauvey  Musique Raphaël Sanchez

Un best-seller mondial, un film culte, et aujourd’hui au théâtre, une des plus belles histoires d’amour du 20ème siècle.

Sur la Route de Madison est le récit de la vie de Francesca Johnson (Clémentine Célarié), épouse et mère à la vie sans heurt. Un jour de l’été 1965, alors que son mari, Richard (Gérald Cesbron), et ses enfants sont partis à une foire dans l’Illinois, elle croise la route de Robert Kincaid (Jean- Pierre Bouvier), reporter chargé de photographier les ponts du comté de Madison. Dès leur premier regard, ils savent qu’ils sont faits l’un pour l’autre mais ne disposent que de quelques jours pour vivre cette passion, secrète et sans espoir, presque mystique, dont le souvenir deviendra leur raison de vivre.
Dans cette adaptation théâtrale, la metteur en scène Anne Bouvier a choisi de représenter cette histoire d’amour mythique à travers l’objectif de l’appareil photo de Robert Kincaid. Elle reprend ainsi les éléments marquants du livre de Robert James Waller et du film de Clint Eastwood, tout en insistant sur le mélange de passion et de frustration qui caractérise leur histoire d’amour.


Mon petit mot 

J'ai tant aimé le livre, et chose rare chez moi qui suis souvent déçue par les adaptations des romans que j'ai appréciés, tout autant le film que j'arrivais avec quelques craintes au théâtre...

Alors certes, il est difficile d'oublier les comédiens et les images, mais j'ai été agréablement surprise !

L'adaptation fonctionne bien, un décor très riche ( un frigo plein , des vrais légumes, en ces temps de plateau vide à la mode, cela fait du bien !), une belle interprétation, toutes les scènes clé sont là, on passe une très belle soirée.

Que ce soit en livre, au cinéma et désormais au théâtre, cette route de Madison est vraiment une belle histoire !


lundi 17 juillet 2017

Médée Kali #OFF17 Présence Pasteur

De Laurent Gaudé
jeu et mise en scène > EMILIE FAUCHEUX
contrebasse > JEAN WACHÉ et JONATHAN CHAMAND (en alternance)

Soit un texte de Laurent Gaudé où la confusion des personnages mythologiques de Médée, Kali, Gorgone et d’autres, trouve sa source dans des millénaires de mémoire enfouie de chair chaude et de sang qui coule, d’amours, de trahisons et de vengeances assouvies.
Soit une comédienne au souffle posé qui, du fond de sa gorge, maitrise ce texte en en contenant les fulgurances. Soit un musicien qui n’a d’autre choix que de suivre, la voix, la femme, la confusion des mythes, en existant par l’instrument. Avec cette triade, texte, comédienne, musicien, Émilie Faucheux crée un équilibre hypnotique, chemin sur un fil au-dessus de la lave en fusion. Plus qu’un appui de la musique au texte, le musicien incarne l’autre qui ne peut que suivre son espoir d’exister face à l’amour dévastateur.


Mon petit mot

Je ne connaissais pas ce texte de Laurent Gaude , mais j'ai trouvé cette proposition très intéressante.
Trois mythes se croisent, se prolongent, se répondent, comme les variations de la voix de la comédienne jouent avec la musique.

L'immobilité surprend, puis donne une tension comme le maquillage fait ressortir les jeux de regards.

Un spectacle qui donne envie de le prolonger en creusant pour ma part du côté de Kali et gorgone que je connais moins que Médée.

http://www.umetheatre.com/spectacles/medee-kali/

Ada / Ava #OFF17 Théâtre du Chêne Noir

De la compagnie Manual Cinema
Mise en Scène Drew Dir
Comédiens et marionnettistes Lizi Breit (en alternance avec Kara Davidson), Sam Deutsch, Drew Dir, Sarah Fornace, Julia Miller
Musiciens: Maren Hoopfer, Ben Kauffman, Kyle Vegter

Rétroprojecteurs vintages, écrans multiples, marionnettes, comédiens, caméras, musiciens… voici les outils de création de la compagnie Manual Cinema, venue de Chicago.
Sur scène se crée en direct et sous les yeux du public une expérience cinématographique unique, vivante, faite d’ingéniosité et de théâtralité.
Depuis sa naissance en 2010, Manual Cinema a performé à travers le monde entier, du Metropolitan Museum of Art de New-York au Festival International de marionnettes de Téhéran, en passant par le Fringe Festival d’Edimbourg…
La compagnie se produit pour la toute première fois en France, et présente Ada/Ava, l’histoire onirique, fantastique et bouleversante de deux soeurs jumelles, qui ont tout construit ensemble, et que la vie sépare…
Un spectacle à découvrir en famille, qui mêle théâtre et cinéma et propose un univers rappelant Hitchcock et Tim Burton.

Mon petit mot

Quelle belle façon de commencer une journée de festival !
Histoire sans parole, musique live ( un coup de coeur pour la voix de la chanteuse) et surtout habile ballet des manipulateurs de rétroprojecteur, cartons et autres moyens de bric et de broc qui donnent vie à ces deux sœurs.

Si l'histoire vire au tragique, avec ce douloureux travail de deuil, les images sont pleine d'onirisme, une vraie invitation au rêve !

Un très joli concept!

 photos: http://www.chenenoir.fr/event/ada-ava/

dimanche 16 juillet 2017

Is there life on mars? #OFF17 Doms

de Héloise Meire | Scénographie : Cécile Hupin
Avec : Muriel Clairembourg, Jean-Michel D’Hoop, Léonore Frenois, François Regout
 Production : Théâtre National Wallonie Bruxelles et Cie What’s Up ?! | Coproduction : Festival de Liège 
Is there life on Mars ? sonne comme une question existentielle : y a-t-il une autre forme d’existence, une autre façon d’être au monde ?
La nouvelle création de la Compagnie What’s Up ?! se présente comme une voyage dans l'univers déroutant de l'autisme.
La metteuse en scène a effectué un long travail de rencontres et d'interviews auprès de personnes autistes et de leur entourage. Ce spectacle veut leur donner la parole. Comment rendre compte de ces vécus multiples et complexes, souvent méconnus ?
Le spectacle explore le spectre autistique, non seulement par des mots mais aussi par une mise en scène visuelle et sonore décalée, nous entraînant peu à peu dans une autre perception du réel.
Porté par quatre comédiens, Is there life on Mars ? se veut une expérience théâtrale à l’image des personnes avec autisme qui bousculent en permanence les codes que nous connaissons et nous confrontent à nos propres modes de fonctionnement.



Mon petit mot 

Que vous évoque l'autisme ?
Pour moi c'est un petit garçon que j'ai côtoyé pendant trois ans, ses parents, son frère, l'école, les autres enfants... Des grandes joies à toutes les premières fois, des doutes, de l'incompréhension, de la colère parfois aussi devant le manque d'aide...

Bref, un sujet qui me touche particulièrement et j'ai retrouvé dans ce spectacle bon nombre de situations ou de réflexions que cette famille à traversé.

Le dispositif est ingénieux, le décor aussi, de quoi convaincre je l'espère ceux qui en douteraient encore, de ne pas avoir peur de ce mot mais de faire un pas vers l'autre...

Photos
https://www.compagniewhatsup.com/

Comments system